Un peu de paix, d’amour et de pain

 
 
Ca frappe fort dès le premier article : reportage de terrain, journalisme engagé, utilisation de taupe, caméra embarquée, pour un sujet que, pour ma part, je ne maîtrisais absolument pas.
Heights apporte donc d’emblée la preuve que l’hormone peut être source d’apport de connaissances.
Il ne faudrait pas que vous preniez tout de suite de mauvaises habitudes, je vais donc  de ce pas vous proposer un sujet plus basique (mais tout autant enchanteur, je l’espère).

Lors de nos longs brainstorming (via hotmail, facebook, twitter, toutes les technologies furent mises à contribution), Heights and I avons débattus des catégories, classement et autre keywords (oui nous parlons franglais, nous sommes des jeunes de l’an 2000) propres à ce nouvel endroit.
Jamais nous n’avons évoqué la possibilité d’un classement par ordre alphabétique, mais ça me parait tout aussi valable que le reste.

Je commencerais donc avec un garçon disposant des deux premières lettres de l’alphabet comme initiales : Abraham Belaga.

« Bonjour, c’est ici le casting de la pub pour le parfum ? »
 

Un prénom qui nous évoque nos cours d’histoire (ou de catéchèse pour les moins chanceux) (ATTENTION ! Ceci était presque un blasphème) ou encore un candidat brésilien du dernier Top Chef, éliminé parce qu’il avait une coiffure approximative était moins bon que les autres.
Un nom exotique, rappelant le Marineland d’Antibes ou le PMU de mon bled.

Courte bio : Abraham Belaga est un comédien qui a fait deux ans d’Ecole préparatoire de Lettres supérieures (Khâgne et Hypokhâgne).

Voilà. Parce qu’Abraham Belaga est surtout une personne qui n’a pas de page wikipédia, pas de facebook, ni de myspace, ni aucune bio sur aucun site répertorié par Google. Bref je suis bien contente de l’avoir choisi pour mon premier article.

De ce que j’ai pu en voir, je rajoute : Abraham Belaga est un comédien francophone, né probablement dans les années 80.

Ruinons donc immédiatement notre couverture intellectuello-culturelle en balançant de jolies photos (mais pas beaucoup, parce qu’elles sont aussi rares que ses infos biographiques).

L’avantage d’AB c’est, qu’au-delà d’avoir un nom prononçable dans toutes les langues, il a un physique légèrement vintage (oui ça existe) qui lui permet d’être crédible dans des rôles de toutes les époques.

(Sinon il est très bien dans la saison 3 de Mafiosa et dans Bus Palladium de Christopher Thompson)

Et puisque tout l’intérêt réside dans les notes :

Physique : 3/5. Une gueule comme on dit, qui ne le rend pas irrésistible dès le premier coup d’œil, mais un côté bad boy hautement charismatique si l’on si attarde un peu. Et des yeux bleus.
Vie professionnelle : 3/5. En devenir.
Stratégie marketing : 2/5. Le mystère ça peut avoir son charme.
Les points bonus : +1 pour avoir tourné avec Marc-André Grondin sous la direction de Christopher Thompson, deux personnes qui auraient tout à fait leur place céans.  +1 parce qu’il parle français. +1 pour la petite percée à l’internationale (dans Robin des Bois de Ridley Scott).

Ce qui nous donne un résultat très honnête, pour une hormone junior, de 11/20.

À propos de Vikler

Vikler est capable d’aller voir un film sur la seule présence de Jérémie Rénier. Voici résumé en une seule phrase toute l’abnégation de cette auteur pour le sujet central du Blog de l’Hormone. Officie également sur http://klervi.canalblog.com Voir tous les articles par Vikler

3 responses to “Un peu de paix, d’amour et de pain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :