Dans le breton tout est bon

Pour cette 3ème étape de nos reports (f)estivaux, je n’ai pas eu besoin d’aller plus loin qu’en bas de chez moi pour assister au Festival Interceltique de Lorient (le FIL pour les intimes) (ou Festival Interéthylique pour les petits rigolos).

Ci-dessous vous trouverez donc du breton. Du vrai.

Il s’appelle Gurvan, Tugdual ou Youenn.
Il mange des mottes de beurre demi sel au petit dèj (a.k.a. une part de kouign amañ).
Il a un nom type « Le Gall » ou « Goadec » qu’il refuse de laisser dans sa forme francisé et se fait donc appeler « Ar Gall » ou « Goadeg ».
Il défend la culture bretonne avec ferveur et dévouement.
Il a probablement un petit Triskell tatoué en bas du dos.
Il prend son passeport dès qu’il doit aller France, mais on ne sait pas très bien si c’est par sécurité ou en cas d’arrestation quand il tague « Naoned e Breizh » (= « Nantes est en Bretagne ») sur les panneaux routiers.
Il refuse en bloc de sortir avec une « Sophie » ou une « Alexandra », non mais c’est quoi ces noms sans déconner !? C’est pas avec ça qu’on va sauver la langue bretonne !
Il étudie ou a étudié le breton à l’UBO (Université de Bretagne Occidentale) à Brest après avoir fait toute sa scolarité à Diwan.
Il lit Per Jakez Hélias dans le texte et a la collection complète des œuvres de Xavier Grall.
Il part en vacances chez les cousins gaëliques ou irlandais. Ou à la limite en Corse ou au Pays Basque. Dans des coins où les gens ont encore une identité quoi !
Il danse le kost ar c’hoat à la perfection et se fend parfois d’un kan ha diskan avec son père à la fin d’un repas de famille.
Il ne refuse jamais une petite Telenn Du pour l’apéro. Il ne refuse jamais une petite Telenn Du à n’importe quelle heure en fait. Et soyons francs, en général il a bien du mal à se contenter d’une.

Gurvan, Tugdual ou Youenn fait partie d’un bagad ou d’un cercle celtique et porte haut les couleurs d’une Bretagne fière de ses valeurs mais ouverte sur le monde.

Oui Mesdemoiselles, oui Mesdames, oui Messieurs ! Et croyez-moi, l’essayez c’est l’adopter.

Nous aussi, on s’en lèche les babines

Et ci-dessous, la punk star locale, Loran de Bretagne, ex Béru, reconverti  en Ramoneur de Menhirs, qui a, je trouve, une classe folle.

Le public des Ramoneurs aurait mérité un article à lui tout seul (c’est là que j’ai croisé un charmant blond, appelons-le Tangi, avec un triskell tatoué autour du téton), le punk breton est remarquable,  mais c’était très difficile de prendre des photos en jumpant.

Si tu es sur une de ces photos et que ça ne te plais guère, sois moutik, envoie moi un mail et braille pas, on réglera ça autour d’une blé noir beurre et d’une bonne bolée de cid’.

[Cet article est bien évidemment un ramassis de clichés sans queue ni tête]

À propos de Vikler

Vikler est capable d’aller voir un film sur la seule présence de Jérémie Rénier. Voici résumé en une seule phrase toute l’abnégation de cette auteur pour le sujet central du Blog de l’Hormone. Officie également sur http://klervi.canalblog.com Voir tous les articles par Vikler

One response to “Dans le breton tout est bon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :