Archives mensuelles : septembre 2011

Catécholamines & Endorphines [Deuxième partie]

Vous l’attendiez tous tremblotants depuis lundi, soucieux d’avoir la totalité des éléments pour faire votre choix en votre âme et conscience entre ces joyeux troubadours, la voici : la deuxième partie de Rire & Bôgarçons.

La fois dernière j’ai axé sur le physique (et avouons-le, c’était pas dégueu), cette fois-ci, place au talent et au charisme à l’état pur !

D’ABORD : Ben. Non pas l’artiste fluxus qui revend jusqu’à plus soif son concept moisi à des moutons ébahis. Non. Cédric Ben Abdallah.

Vous l’avez peut être vu dans les Invincibles, une chouette série française (si, c’est possible) diffusée sur Arte depuis 2010. Ou sur Youtube/Dailymotion dans ses sketches. Ou en vrai en one man show (et là je vous déteste un peu).

Un homme, viril, métissé, poilu, avec des quenottes mignonnes et un PUTAIN de sens de l’humour.

Non à la dictature du poil, Heights intervient pour insérer un peu d’imbertude à cette note un peu trop virile (on est sur le pédoblog blog de l’hormone oui ou bien ?).

Voici un garçon qui nous vient tout droit de l’enfer sur Terre aka les confins de la Normandie et de la Bretagne réunies : LA MANCHE.

Dans un no man’s land pareil, on a le temps de développer son sens de l’ironie ou de tester toutes les façons différentes de prendre des douches :

Baptiste Lecaplain (puisque c’est son nom)(comme celui de ma grand-mère)(wesh Bapt’) fait partie de ces humoristes qui, à peine découverts par le grand public, s’envolent vers les projecteurs de cinéma, en l’occurrence ceux de Géraldine Nakache pour Nous York, son second film après Tout ce qui brille) si cela peut le sauver de l’infamie qu’est l’émission Ce soir avec Arthur (sur Comédie)(c’est normal que vous ne connaissiez même pas son existence, pas sûr qu’eux mêmes se rendent compte que l’émission est VRAIMENT diffusée).

Info intéressante : à 26 ans, Baptiste ne semble toujours pas avoir connu la puberté et ressemble à un enfant de choeur.

Je repasse la parole aux poils à Vikler :

Et pour finir, mon chouchou, mon prèf des prèfs, l’homme le plus drôlement intelligent du monde, le mec qui a réussi à rendre le bouc acceptable : ARNAUD TSAMERE.

Je vous INTERDIS de me dire « Ah ouais marrant, je l’ai vu chez Ruquier ». Je honnis Ruquier, je chie à la gueule de ONPC et ça me fend le cœur de voir Arnaud galvauder son talent dans ce grand sanibroyeur médiatique.

Arnaud Tsamère est un super héros.

Arnaud Tsamère a un don pour divertir les enfants.
Arnaud Tsamère partage son goût pour l’absurde avec son copain Ben.
Arnaud Tsamère est un génie.

Publicités

Endorphines & catécholamines [Première partie]

Le rire réduit les excès d’adrénaline et de cortisol, hormones à l’origine du stress.

En d’autres termes : du rire et des jolis garçons = double dose d’hormone

Vikler et moi-même avons effectué une sélection des humoristes qui nous donnent envie de dire « Il est beau et en plus IL EST DRÔLE ».

Parce que femme qui rit, femme qu’est contente.

Commençons par Gaspard Proust qui, comme son nom l’indique, est un génie. Mais un génie de l’humour noir.

Humour noir étant pour lui un tel euphémisme qu’il faudrait rajouter une couleur à l’arc en ciel pour pouvoir mieux le définir.

Et en plus il a une affiche complétement phallique :

Voilà un petit extrait qui pourrait vous intéresser mesdames (en plus Proust qui cite du Wilde, c’est tellement un peu le summum du méta).

Provocateur, extrémiste de l’humour, mais aussi belle gueule, Gaspard s’est vite fait repérer par Laurent Ruquier (dont la raison de vivre semble être d’allier humour et hormone) avant de taper assez dans l’oeil de Frédéric Beigbeder pour qu’il lui confie le rôle de son alter ego dans son premier film : L’amour dure 3 ans.

Le petit plus de Gaspard : Il pourra vous lire des scènes de torture tirées d’American Psycho avec sa voix profonde et caverneuse, j’ai testé, et c’était bien.

Vikler reprend la main et enchaine sur Stéphane Rousseau. Oui on est un peu au creux de la vague concernant le talent là, mais celui qui n’a jamais bavé en regardant Juste pour rire à Montréal sur France 2 le samedi soir, me jette la première pierre.

Points faibles : L’accent québécois. Personnellement je trouve ça anti sexe au possible. Et un nom associé à celui de Franck Dubosc.

Points forts : Son rôle dans les Invasions Barbares de Denys Arcand (son Tchao Pantin à lui). Son côté multitâche qui lui permet d’allier l’humour à la danse et au chant. Un corps parfaitement sculpté. Des tatouages. Et aucune propension à la pudeur.

Heights again.

Pour respecter le dégradé des couleurs de cheveux, finissons cette première partie de l’article par un blond, que dis-je, la réincarnation de l’enfant Kinder, j’ai nommé :

alex-lutz_1875

Pourtant loin d’être un enfant (même s’il excelle en adolescent suicidaire), vous connaissez forcément Alex (et ses fesses) pour son rôle dans OSS 117 : Rio ne répond plus.

Juste pour vous rafraîchir la mémoire :

N’hésitez pas à nous dire pour qui votre coeur balance, mais attendez peut-être la deuxième partie de l’article et ses 3 autres têtes d’affiche pour vous décider !


Les yeux au ciel

Du haut de mes 26 années (et des poussières) (à peine visibles) de vie en province, je me suis rendue le week end dernier dans la capitale.

J’avais prévu de vous ramener un échantillon représentatif de l’hormone à Paname, mais finalement j’ai eu plein d’autres activités sympas à mener (voilà c’est ça : boire des pintes), et puis je me dis que ça n’aurait servi à rien car vous lecteurs, êtes tous déjà parisiens. (Internet n’est réservé qu’à un nombre très limité de privilégiés dans les campagnes)(Ceux qui n’ont pas été dévalisés par des loups ou dévorés par des mères grands)

Penchons donc nous plutôt sur ma vision fantasmagorique du parisien, à travers quelques exemples et photos bien choisies de mâles n’étant même pas tous originaires de la ville lumière.

Le parisien a joué dans un film de Christophe Honoré, n’a pas de sexualité vraiment définie, porte de belles boucles brunes et susurre les mots d’Alex Beaupain avec magnificence.

Louis Garrel / Ismaël / Les Chansons d’amour

Le parisien est un (pseudo) intellectuel en mal de reconnaissance, le nez empli de poudre blanche (du SUCRE on vous dit !), qui s’agite qui s’agite pour que le monde tourne dans son sens. Il est plutôt laid mais charismatique.

Frédéric Beigbeder / Romancé

Le parisien est über looké. Il parcourt le monde de fashion week en fashion week, toisant la masse grouillante du bas peuple de son air dédaigneux et remerciant une quelconque divinité de lui avoir épargné d’être comme eux.

Xavier Dolan / Québécois / Stylé

Le parisien n’assume pas totalement d’être parisien et aime à cultiver l’image d’Epinal d’une autre vie loin du tumulte de la mégalopole (même s’il sait pertinemment qu’il ne survivrait pas plus de 2 jours au-delà du périph)

Thomas Dutronc / J’aime plus Paris

Le parisien n’est pas forcément beau, mais a su se créer un style décalé et l’imposer au reste du monde comme étant « la mode ». Exemples parmi tant d’autre : la moustache, les wayfarer démesurées, le béret. Autant d’atours qui permettent de cacher le visage et de détourner l’attention du spectateur des défauts qui le peuplent. Le parisien est un illusionniste.

Florent Marchet / Berrichon

Le parisien est un artiste. Il est peintre, écrivain, chanteur, plasticien, vidéaste, réalisateur, un peu tout à la fois. Il pratique le name dropping à outrance et vous convie dans les soirées les plus privées, avec des gens de la télé, de l’édition, de la musique, du journalisme, des boites de prod, du cinéma (et donc de Twitter)(ce sont les mêmes).

Benjamin Siksou / Fils à papa nouvellestarisé

Le parisien crame sa jeunesse et sa beauté par les deux bouts, vivant tel un oiseau de nuit, se souciant peu du lendemain, déambulant le long des boulevards, cigarette aux lèvres et flasque de whisky dans la poche intérieure de son blazer froissé.

Louis-Ronan Choisy / Imaginé

Ouais. Le parisien n’existe qu’en noir et blanc.


Adopte de l’hormone

C’est bien gentil de vous montrer des mecs inaccessibles à longueur de posts, mais comment trouver un mignon en vrai ?

Si on avait la formule magique ce n’est pas un blog qu’on tiendrait, mais une île déserte paradisiaque.
Du coup on peut commencer avec la piste AdopteUnMec, site mêlant réseaux sociaux ET site de dating.

Sur ce site, les filles ont le pouvoir et doivent donner leur autorisation pour que les garçons leur adressent la parole.
Afin d’obliger les garçons à étoffer leurs profils il faut qu’ils se présentent en 140 caractères minimum, du coup ça donne ça :

« C’est pas moi on m’a forcé »

« J’ai fait ça pour un projet sociologique mais ça n’a pas abouti »

« Je suis là pour des rencontres amicales »

Mais le plus révélateur reste la galerie photo, 0n peut évaluer le mec qui veut vraiment pécho à tout prix au nombre de photo où il apparaît une guitare entre les mains :

1/3 : C’est la tendance « je veux me donner une dimension artistique, prouver que je ne dis pas de la merde dans le reste de mon profil »

2/3 : « T’as vu meuf, je suis un guitariste compétent, j’ai les doigts agiles, j’en ai joué au moins 2 fois dans ma vie »

2/2 : Souvent accompagné de « Je suis dans un groupe » voire « Je suis le leader charismatique de Trifouille et les Tsoin Tsoin, nous sommes les prochains Arctic Monkeys qui sont eux-mêmes les prochains Beatles qui sont eux-mêmes les prochains Elvis, qui n’est jamais mort. »

Si tu n’as pas de guitare, une photo de toi seul sur une plage peut suffire.

Il y a aussi les fameux fake, j’ai ainsi pu tomber sur le profil de Ben Barnes, chatoyant acteur anglais, qui, s’il joue mal mal mal, possède une superbe voix et un humour bien à lui. Il est aussi très cultivé et diplômé d’un master de littérature anglaise. Ca, c’est Ben Barnes dans la vraie vie, sur AdopteUnMec c’est juste un leurre pour attirer la minette impressionnable (et qui ne saurait pas reconnaître le Prince Caspian sur les 4 photos de sa galerie). A noter que Ben ne like pas ses propres films. Et ça c’est bien.

[Ben Barnes, c’est lui, et si tu le connais pas, tu n’auras jamais ton doctorat de l’hormone]

Et des fake de filles qui veulent rencontrer des filles :

Et il y a ceux pour qui leur photo aussi peut se justifier par un pari :

Il y a des profils à cheval entre le fake et le no fake, les meilleurs, ceux qui te font dire « woah, chapeau l’artiste ».

Il y a ceux qui font un effort mais qui failent en mode « cette expression n’existe pas, mais bien tenté » :

J’aimerais que mes yeux pétillent de recul, mais je pense que c’est inné ce genre de choses.

Il y a aussi des mecs vachement crédibles dans leurs goûts et leur annonce, qui ne sentent absolument pas le fake :

Il y a ceux qui ont tout compris à la vie, prenez Edward, 23 ans de Paris France. Il a le prénom rêvé pour serrer de la coquine génération twilight, la pose du mec torturé pour serrer de la coquine génération twilight eeet c’est un grand romantique puisqu’il n’exige qu’une seule chose : UNE PRINCESSE (mais tout le monde saiiit que toutes les filles sont des princesses) :

Après maintes recherches j’ai finalement mis la main sur un mormon :

Et un mec qui s’est perdu, vraisemblablement :

Ainsi qu’un photographe honnête :

Pour finir, voici un mec qui est tombé dans le sérum de vérité quand il était petit :

Sans trop de surprise je conclus cet article en disant qu’AdopteUnMec n’a pas fonctionné pour moi, mais je ne condamne pas ce site pour autant : le principe est ludique, la navigation intuitive et surtout on ne te demande pas de raquer à chaque page. Point très positif : autour de moi 3 filles ont trouvé quelqu’un par ce biais et à chaque fois pour des relations qui ont duré (ou qui durent encore). Mon propos n’est donc pas de descendre en flèche le site.

PS : Si jamais tu étais l’un des galants sur les photos et que tu ne supportais pas l’idée d’obtenir des charmes par un truchement autre qu’un site de rencontre, tu peux me demander d’enlever la photo sur ce mail (et si tu es Ben Barnes, tu as déjà mon 06).


Au royaume des désaxés

Ce week end je réfléchissais à mon prochain sujet, et je me disais, à juste titre allez-vous me répondre, que ça faisait un bon bout de temps que nous n’avions pas évoqué de sujets de sa majesté Queen Elizabeth II ou leurs voisins îliens.

Oui bon. Une bonne semaine quoi.

Et là-dessus, pouf pouf, l’éclair de lucidité : MISFITS !!

Ça nous parait vieux comme le monde tout ça je sais, moi aussi j’ai regardé les deux saisons il y a plus de 6 mois, mais à l’époque je n’avais pas encore signé chez WordPress et franchement, il serait complètement aberrant de tenir le Blog de l’Hormone sans discourir sur les acteurs principaux de cette série.

BATTLE ! 3 acteurs – 3 styles – 3 pays

Robert Sheehan – Irlande – Nathan

Regard perçant et tignasse bouclée, Robert a un sourire dément, des mimiques divines et joue un personnage halluciné auquel on rêve à la fois de foutre des claques et d’apporter calme et amour dans son petit cœur torturé.
Il a un prénom pourri mais que les ainés (De Niro, Downey JR et Pattinson) se sont chargés de glamourifier.
Il est irlandais.
Il n’hésite pas à donner de sa personne pour ses rôles.
Il va devenir un acteur de premier plan, je le sais. Il n’y a qu’à le voir dans Killing Bono de Nick Hamm donner la réplique à Ben Barnes.

 

Nathan Stewart Jarett – Angleterre – Curtis

Muscles saillants et présence rassurante, Nathan a un regard intense et incarne la sensibilité cachée derrière un physique de dur.
Il est anglais.
Il a l’air d’un intello, mais d’un intello élégant, sexy et drôle ! Et fait donc vivre ce doux espoir qu’une telle chose serait possible.
Il est crédible en hipster comme en repris de justice.

Iwan Rheon – Pays de Galles – Simon

Des yeux bleus si profonds que l’on pourrait s’y noyer (oui j’ai osé écrire ça), Iwan joue le personnage parfait : le paria que tout le monde commence par fuir et nommer « Weird kid », mais qui est tout de même CANON, et s’avère finalement être intelligent, protecteur, fidèle, un dieu au pieu et sauveur de l’humanité.
Il est gallois.
Il est musicien, a déjà sorti un EP tout seul comme un grand, et joue avec son groupe The Convictions.

Pour ma part, le choix est fait, j’ai d’ailleurs failli faire une syncope durant mes recherches iconos. Je vous laisse vous battre pour les deux restants.

[Je ne l’ai pas du tout évoqué mais c’est une évidence à mes yeux que Misfits est une excellente série qui ne brille pas que par son casting masculin mais également par son casting féminin, sa réalisation, son scénario et sa BO. En bref, il serait péché de passer à côté.]

[Bonus Track]


Les robinsons de l’hormone

Vous le savez bien, sur le Blog de l’Hormone, le but n’est pas de porter un jugement quelconque (autre que physique s’entend) sur nos contemporains. Après la brillante analyse de l’hormone dans Secret Story (heureusement qu’on n’a pas choisi de s’appeler le Blog du Neurone) par Heights, c’est à mon tour de surfer sur l’actualité et de vous présenter les nouveaux aventuriers de Koh Lanta.

Scindés comme tous les ans en deux équipes aux noms improbables, que nous nous bornerons pour notre part à nommer « les rouges » et « les jaunes », 10 hommes s’apprêtent à vivre torses nus sur vos écrans pendant 3 mois.

Les rouges aka les Mamboks

Soyons clairs, je ne vais pas m’étendre sur ceux qui n’en valent pas la peine, les rouges c’est essentiellement 3 messieurs.

Laurent aka La Jacks aka Le quota

« J’suis un mec, j’suis un mec cool, j’suis pas le mec qui se prend pour un beau gosse » et la voix off d’enchainer « Laurent est mannequin et pour lui, être beau ça se travaille ».
Ça n’a pas l’air très clair tout ça… Mais il faut bien avouer que ça ne va pas être désagréable de le mater construire une cabane sur le sable avec ses petits copains les pectoraux.

Martin aka Le fils à papa aka Le bon samaritain

« L’éducation que j’ai eu, c’est on claque pas des doigts pour avoir de l’argent. Une des phrases que Papa me dit tout le temps, c’est Mon fils si tu veux de l’argent, tu bosses ! »
Précisons tout de même que Papa est président du PSG et d’un groupe de sociétés spécialisées dans les placements immobiliers. Ça permet de remettre les choses en perspective.

Maxime aka le Belge aka Machiavel

« J’ai toujours réussi tout ce que je voulais. Je pense honnêtement pouvoir manipuler les gens comme je veux »
Il est blond, il a les yeux bleus et il est belge. Il m’en faut pas plus. Son côté fourbe n’est qu’un immense plus pour foutre le bordel et rendre Koh Lanta moins chiant à regarder.
Non parce que techniquement, les épreuves on s’en  branle hein. Il saute sur le bambou et c’est n°1, c’est sympa 30 secondes mais ça te tient pas 2h en haleine un vendredi soir.

(Pour tromper son monde, il a un air complètement teubé sur sa photo officielle)

Et pour finir sur les rouges, un lien vers une photo de Gérard, heureux détenteur d’une time machine et qui nous vient tout droit des années 90.

Les jaunes aka les Wasaïs

Teheiura aka le local de l’étape aka Machin (personne n’arrive à prononcer son prénom correctement)

Si on y regarde de plus près, Teheiura est moche (et c’est le seul dont le portrait vidéo n’est pas disponible sur le site de TF1, d’où l’absence de citation. Merci de votre compréhension). Mais ses tatouages tribaux, sa chevelure, son corps sculpté et sa communion avec la nature (il sait reconnaitre des pousses de manioc) trompent l’ennemi qui se laisse bêtement charmer par l’exotisme. (C’est comme tous ces gens qui boivent du jus de papaye, alors que la papaye, objectivement, c’est dégueulasse)

Benoit aka Le papa poule aka Le cœur sensible

« C’est un respect de soi de se laver tous les jours, le déodorant, c’est important ! Ma vie sentimentale c’est le néant et le plus difficile pour moi, ça va être de gérer l’absence de mon petit garçon »
Sachant que Benoit prend deux douches par jours et qu’il se fait épiler le dos une fois par semaine, je suis vraiment curieuse de voir son état physique au bout de 10 jours sur l’île. Benoit sera un sujet d’observation intéressant : va-t-il réussir à pécho et ainsi évacuer le trop plein (de stress) ? Va-t-il se transformer en loup garou et ainsi éliminer tous les autres concurrents ? Le suspense reste entier !

Steve aka Le flic mysogyne aka Le loser

« Il faut pas se raconter d’histoire, tout le monde sait très bien que les femmes seront jamais l’égal de l’homme »
Steve est un con. Steve a bien une tête à s’appeler Steve. Steve ne va pas aider la police française à redorer son blason. Steve mérite de se faire caillasser à son retour au pays.

Anthony aka Sean Pokora aka Oedipe

“Je travaille mon corps comme une sculpture en fait. Quand on enlève la carapace et qu’on voit le vrai Anthony, ben y’a un enfant. Un enfant qui n’a pas eu de père… »
Si on fait abstraction d’une coiffure assez approximative, Anthony devrait réjouir les amateur(trice)s de muscles et de tatouages. Nous y ajouterons un petit sourire mignon et l’avantage que sur l’île, il ne porte pas ses horribles marcels de prof de fitness.

Je ne peux finir cet article sur Koh Lanta sans citer Gégé, qui sera sans nul doute la star de cette saison, avec son collier de barbe à la Robert Hue, ses larmes incessantes, son apprentissage de la natation et sa passion des chats (et de leur litière). A l’approche de la Fête de l’Huma, c’est un bien bel hommage aux cocos qui boufferont des merguez pas cuites à la Courneuve ce week end.


Les hormones oubliées : le cas Zach Morris

Photobucket

Je suppose que c’est à cause du Tang et des Raiders, mais on avait un peu le cerveau ramolli quand on était jeune.

Si tu n’étais pas né, ou si tu as plus de 35 ans, tu ne comprendras peut être pas, alors je t’explique.

Au début des années 90, juste avant l’essor des séries AB, sur Antenne 2, on regardait Alf, Le Prince de Bel Air, mais surtout Sauvé par le Gong.
6 ados caricaturaux mais amis qui font les 400 coups au collège sous les yeux impuissants du principal Belding.

Photobucket

Et en cette période de vêtements multicolores au goût sûr, de LC Waikiki et de Fido Dido, tout le monde craquait pour Zach Morris, le personnage principal.

Les filles à l’école voulaient toutes ressembler à Kelly.
Les garçons voulaient que toutes les filles ressemblent à Kelly.
Personne n’était content.

Mais pourquoi Zach ?

Parce qu’il était le prototype même de celui qui fait fondre les coeurs des enfants. Le gamin un peu malin et over-sûr de lui qui entraîne les autres dans la merde et qui finit toujours par s’en sortir à la fin, l’ersatz de Peter Pan (en gros, le genre de personne que tu détestes hargneusement vers les 15 ans).

Photobucket

Et puis il y a eu la coupe Zach Morris… (la même coupe que sur les livres d’exemples chez le coiffeur mais que tes parents ils te disent, non, il est hors de question que l’on te coupe les cheveux comme cela, on va pas aller tous les mois chez le coiffeur quand même ! (bah oui, quoi). Tant mieux, on a échappé à des albums photos remplies de photos où les petits blonds auraient eu l’air de néo nazi (comme l’un des 2 gars d’Ace of Base))

Photobucket

Oui, comme vous pouvez le voir, à la fin de la série, les cheveux n’étaient plus aussi importants. C’est quand on a commencé à voir les acteurs torse-nu ou les actrices en bikini, qu’au collège, on s’est douté que les acteurs étaient peut-être un peu plus vieux que nous. Mais bon, nos hormones commençaient à nous gratouiller, alors la différence d’âge, face aux photos de Zach à la plage dans Star Club, on s’en foutait bien. Honnêtement, plus personne ne faisait attention aux dialogues. Même (surtout) pendant le double épisode à Hawaii

Et puis la série s’est arrêtée, et puis tout le monde était déjà parti sur Christophe Rippert (graou) ou Sébastien Roch (LAULE).

Mais qu’est devenu Mark Paul Gosselaar ?

ben pas grand chose. il a eu quelques rôles minables dans des séries de merde, il s’est marié, a fait des chiards, puis en 2001, il a quand même réussit à atterrir dans NYPD Blue, une série policière populaire (mais chiante) pendant 4 saisons. C’est sûr, ça payait les factures, mais ça ne faisait pas les unes de Télé Loisirs. Après, re-oubli et rôles dans des séries et téléfilms de seconde zone.

En 2008 (photo ci-dessous), il est quand même désigné par le magazine People comme l’un des acteurs les plus sexy et joue dans Raising the Bar, une série sur des avocats qui tient 2 saisons.

MPG 2008

En 2010 on peut le remarquer dans Weeds, puisqu’il se tape l’héroïne (quoi ? lui aussi ?)

Et cet été, il était l’un des protagonistes de la nouvelle série d’été « Franklin & Bash », une série à la Drop Dead Diva en moins girlie, soit une série mi-drame mi-comédie dans le milieu des avocats (encore….) qui vient d’être reconduite pour une seconde saison l’an prochain.

MPG 2011

Mais finalement, maintenant qu’il est devenu un homme, faut-il l’aimer quand même ?

PS : Combien de fois t’es-tu dit pendant la nuit « ah, si seulement à l’époque facebook avait existé, j’aurais su quel personnage de Sauvés par le Gong j’étais et ma vie aurait été différente… ».

Mieux vaut tard que jamais, va !, vas y, fais le test.