Ad vitam aeternam

Cette semaine c’est MA SEMAINE.

Ce qui implique que je doive parler d’un sujet qui me tient vraiment à cœur, qui vienne des tréfonds de mes entrailles de fangirl, qui soit comme un cheminement dans ma vie depuis l’âge où on comprend plus ou moins ce qu’est un sentiment aka le moment où on dit « Moi ze veux que lui c’est mon n’amoureux ».

Pas besoin d’aller chercher bien loin, l’hormone ultime pour moi c’est Benoit Magimel.

Je devais avoir 10 ans quand j’ai vu La vie est un long fleuve tranquille pour la 1ère fois, et voilà, un blond déjà.

J'avais 10 ans je vous dit ! Ce n'est PAS illégal.

Les gamins c’est un peu le piège, parce qu’on le sait, y’en a plein qui sont choupis petits et qui deviennent moches en grandissant. SI. ON LE SAIT. Me forcez pas à citer des exemples.
Mais Benoit Magimel n’a jamais cessé d’embellir. Sa fossette au menton, sa moue, ses yeux bleus se sont affirmés, traversant les époques et les âges tel un clin d’œil moqueur à Dorian Gray.

Quand j’étais au collège je ne sais pas pourquoi mes parents ne m’ont pas emmené voir Le Roi danse de Gérard Corbiau au ciné mais je garde en tête cette photo de lui tout couvert d’or.

Au lycée j’ai découvert Déjà mort d’Olivier Dahan (THE film de mon adolescence) (ex aequo avec American Pie)(dont la suite officielle sort au printemps 2012 et ça sera mon guilty pleasure de l’année), et si j’avoue avoir été séduite par Clément Sibony, même défoncé, Benoit avant tout.

Et puis là, le drame. Il s’est marié avec Juliette Binoche. Qui a à peu près 30 ans de plus que lui (au bas mot). Alors que c’était pas encore l’époque des MILF et des cougars. Depuis ce jour, je sais que c’est complètement con mais je déteste Juliette Binoche.

Ensuite il est devenu brun et il a eu le prix d’interprétation à Cannes pour La pianiste de Michael Haneke. Film que je n’ai jamais vu parce que je pense que ça aurait heurté ma sensibilité trop sensible.

Trois films sous la direction de Claude Chabrol, il est d’ailleurs le seul élément à sauver dans le très dispensable « La fille coupée en deux ».

Précurseur de la moustache en 2007

Je vais pas vous dresser sa filmo complète mais récemment vous l’avez vu en hétéro curieux (et musclé) dans Les petits mouchoirs de Guillaume Canet. Un film lamentable certes, mais dans lequel il s’avère toujours absolument à tomber.

Je finis cet article en apprenant, grâce à Wikipédia, qu’il vient d’avoir une fille prénommée Djinina. Je crois que c’est la fin de mon amour sans bornes pour Benoit Magimel. MERSEA.

À propos de Vikler

Vikler est capable d’aller voir un film sur la seule présence de Jérémie Rénier. Voici résumé en une seule phrase toute l’abnégation de cette auteur pour le sujet central du Blog de l’Hormone. Officie également sur http://klervi.canalblog.com Voir tous les articles par Vikler

2 responses to “Ad vitam aeternam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :