Archives mensuelles : janvier 2012

La copa de la vida

Parce qu’il n’y a pas que les Frenchies ou les américains dans la vie, voici quelques uns des plus beaux specimen de footballeurs par delà le monde.

Quand j’étais ado, nous n’avions pas Twilight. Pas moyen de choisir entre #TeamJacob et #TeamEdward. A la place, il y avait #TeamBeckham et #TeamOwen.

A cette époque le mari de Victoria n’était pas juste un trophy husband et ne s’était pas fait relooker :

(moi, je le préfère nettement main’nant :

)

Moi, à cette époque là, j’aimais l’autre, celui qui avait pas de chance, qui était toujours tout cassé et qui restait dans l’ombre de son pote.

I bled Liverpool red for

…Michael Owen !

A noter que le monsieur a plutôt bien vieilli, et qu’il est l’un des footballeur les moins cons que je connaisse (preuve en est son twitter contenant beaucoup d’auto-dérision).

Mais allons au-delà d’au-delà de la manche, basculons dans l’exotisme le plus total.

Pour nos chères amatrices de Coréens, voici le « plus mannequin que footballeur mais tant pis » : Ahn Jung-Hwan.

Pour les amatrices de blondinets aux tâches de rousseurs et aux grands yeux de biche (ça n’est pas sale), l’espagnol Fernando Torres satisfera tous vos désirs :

Si vous préférez le footballeur plus classique, viril, au regard d’acier, ballon d’or mais humble, je vous propose Andriy Shevchenko. Ukrainien, il a appris l’Italien pour pouvoir communiquer avec sa femme américaine. Quel garçon dévoué.

Nous venant tout droit d’amérique du sud, le latin Roque Santa Cruz

Escrivaillon nous en avait déjà parlé ici mais une piqûre de rappel n’est jamais de trop, surtout que visiblement, ça lui fait très plaisir :

Rendons aux italiens au moins une chose : s’ils ne méritent pas leur dernière victoire en coupe du monde, ils restent toujours très agréables à regarder, Paolo Maldini en premier :

Et toi, quelle serait ton équipe de rêve ?

*Cette note n’a présenté sciemment aucune photo de Cristiano Ronaldo, son autrice boycottant ce garçon depuis 5 ou 6 ans maintenant.


J’peux pas, j’ai piscine

Au contraire de ma co-rédactrice qui avait établi depuis le début un plan très clair de sujets pour ce dossier spécial sports, je suis un peu dans le flou bordélique.

J’ai donc poursuivi dans le collaboratif en posant toujours la même question à un autre cobaye (coucou !), aujourd’hui nous parlerons donc de NATATION.

Et ça tombe plutôt bien en fait car je suis une spécialiste. Oui monsieur, oui madame, oui MADEMOISELLE, vous avez en face de vous (on se comprend) une ancienne nageuse. C’est con que je ne sois pas chez mes parents, j’aurais pu prendre une de mes médailles en photo pour le prouver. (Les médailles UNSS ça compte hein ?)

Même si je me doute que vous avez tous une vague idée de ce qu’est la natation, je ne résiste pas à vous copier la définition de Wikipédia que je trouve assez classe : « La natation est la méthode qui permet aux êtres humains et à certains animaux de se mouvoir dans l’eau sans autre force propulsive que leur propre énergie. »

–          « T’as fait quoi hier aprem ? »
–          « Oh rien de bien fou, je me suis mû grâce à la force propulsive de ma propre énergie »
–          « … »

Dans les nageurs, d’abord j’ai pensé à l’immense Ian Thorpe

Puis à Michael Phelps

Avant de me souvenir d’un coup d’un seul que nous avions en France de dignes représentants de l’hormone ET de la natation : Alain Bernard Camille Lacourt et Yannick Agnel !

Camille Lacourt se passe de description superflue (si ce n’est la baseline de son site internet : « Plongez dans mon univers » qui suscite tout même un peu le lol)

Et en plus ça tombe bien cette histoire de natation car je peux insérer ici une anecdote personnelle concernant Yannick Agnel, et vous avouerez que c’est toujours plus sympa qu’un article ne se basant que sur des infos glanées sur Wikipédia ou des photos trouvées sur Google Images.

Au printemps dernier, je revenais de la plage en passant par l’avenue Jean Médecin à Nice, et j’ai croisé Yannick Agnel qui y allait (j’ai déduis ça car il avait une serviette de bain négligemment posée sur l’épaule) (j’ai un vrai don d’observation des détails).

Voilà.
C’était vraiment très intéressant.

A part ça, en vrac et sans volonté d’exhaustivité aucune, j’ai envie de vous montrer :

Cesar « c’est Brazil, c’est chaleur, c’est bonheur » Cielo Filho

Ryan « Hi ! Join me on Twitter.com ! » Lochte

Eamon « il fait chaud dans le bush » Sullivan

Cet article m’a fait réaliser qu’il n’y avait pas d’équipe homme de natation synchronisée, et ça, c’est particulièrement injuste. Voilà ma conclusion sur le sujet.


Clear eyes, full hearts…

…can’t f**king lose !

Si, comme moi, vous n’y connaissez rien aux règles du foot américain, mais qu’il y a une chose que vous comprenez quand même : que sous tout cet attirail se cachent bien souvent des mines d’or de l’hormone… cet article est fait pour vous !

[Zach Gilford joue Matt Saracen dans FNL, mais il a tout à fait sa place ici quand même, si]

J’ai découvert l’univers de ce sport ultra-violent grâce à la meilleure série de tous les temps (derrière Buffy) : Friday night lights.

Quel meilleur ambassadeur que le numéro 33 des Dillon Panthers ?

[Taylor Kitsch, un des chouchous de la rédaction, on se demande bien pourquoi…]

Le bon côté du football US est qu’ils sont tellement protégés de partout qu’ils finissent rarement avec des égratignures, des oreilles en feuille de chou ou des nez ratatinés (avec des commotions cérébrales qui font d’eux des légumes à 45 ans ? Certes.) comme nos rugbymen hexagonaux.

Malgré tout ça, Troy Polamalu a quand même fait assurer ses magnifiques cheveux pour la modeste somme d’1 million de dollars

Le plus connu des joueurs actuels est sûrement Tom Brady, quarterback (aka : le leader) des New England Patriots depuis qu’il a été « drafté » en 2000

Bon, ok, en France, il est surtout connu pour être la moitié de Gisele Bundchen

L’américain typique, patriote, gendre idéal, winner, sportif, bref, le mec qui fait de la pub pour les stetson :

Dans le genre « je suis connu dans le monde entier grâce à ma potiche de copine », j’appelle à la barre Eric Johnson :

Son titre le plus glorieux est d’avoir mis enceinte Jessica Simpson

Dans le genre « grand costo d’une équipe de légende », je demande David Anderson des Washington Redskins

C’était, bien sûr, une sélection de néophyte et si vous avez des avis, des suggestions et des additions à faire, les commentaires vous sont ouverts !


Quand te reverrai-je pays merveilleux ?

Quand les charmantes esclavagistes tenancières du blog de l’hormone m’ont harcelé demandé d’écrire un article sur « l’hormone dans le sport », j’ai beaucoup rigolé longuement réfléchi. Parce que tu vois, moi, le sport, j’aime bien en faire (je suis trop bon à Dance Dance Revolution et j’ai tout l’équipement pour faire du Body Pump à la maison), mais je trouve rien de plus chiant que de regarder des gens faire du sport.

Alors je me suis dit que j’allais prendre le sujet à contrepied et faire un top des plus beaux joueurs de World of Warcraft.
Mais  il faut bien admettre que je risquais de passer des heures pénibles sur google images pour des résultats peu concluants.

Photobucket

Du coup, je me suis demandé dans quel sport j’avais eu des crushs. Qui a la palme de la sexiness ?

Je suis certain que nous allons trouver un terrain d’entente si vous en avez connus, j’ai toujours eu un faible pour les moniteurs de ski.
Difficile de trouver plus couvert, et pourtant, ces quelques centimètres carré de peau aguicheuse mordue par le soleil… Ajoutons que j’allais fréquemment dans les Pyrénées, ainsi mes moniteurs avaient tous un fort accent espagnol, et les sourires les plus charmeurs. Ah je repense encore à Martìn, Julio et Jordi…

J’ai donc fait quelques recherches et ai découvert avec grand bonheur l’existence de calendriers des moniteurs de ski les plus sexys.

Pour les lecteurs et lectrices de l’hormone, je vais partager quelques photos avec vous.
Photobucket

Photobucket

Entre les deux suivants, je n’arrive cependant pas à me décider sur mon préféré. Je viens de passer 30 minutes à les regarder, et je crois que je veux les 2.

Photobucket

Photobucket

Alors bon, c’est sûr, il ne sont probablement pas tous gaulés comme cela, mais avouez que même si vous n’aimez pas le ski, ils donnent envie de boire un vin chaud, dans un gîte, au coin du feu, pas vrai ?

« Mais alors, si les monos sont comme cela, comment sont les skieurs professionnels ? » vous demandez-vous.

Je sais pas pour vous, mais je ne connais aucun nom ni aucune tête.

Donc j’ai défini un top de l’hormone chez les skieurs

4. Bode Miller, le Bad Boy

champion américain, multi-médaillé aux JO

Photobucket

En 2005, il disait « la lutte contre le dopage est tellement en retard et inefficace qu’on n’a qu’à légaliser l’EPO». Ce qui prouve que c’est un provocateur, mais aussi que Yannick Noah est un gros naze qui ne dit rien de neuf.

Bode Miller a aussi reconnu avoir déjà fait des courses en ayant bu avant, mais c’est parce que ses parents étaient des hippies, l’ont scolarisé en retard et vivaient dans une maison sans eau ni électricité quand il était petit. Ca te rendrait n’importe qui complètement bizarre. (source : wikipedia)

3. Giorgio Rocca, le Rital

Skieur italien, il se plaçait bien en slalom entre 2006 et 2009

Photobucket

il est à la retraite depuis deux ans, mais bon, il mérite quand même une médaille de bronze pour son petit côté Eddie Cibrian.

2. Jean Baptiste Grange

champion du monde de slalom 2011
Photobucket

on apprend sur son site officiel qu’il est « calme, réservé…

Proche de la nature mais à l’affut des nouvelles technologies.
Opiniatre, je n’aime pas être bousculé. »

et il  aime
Musique : Lorena Mac Kenit, Nina Simons, Hiphop reggae, ACDC, Led Zeppelin, Rolling Stones…
Séries : Prison Break, Heroes, 24H, Desperate Housewives…
Films : 99F, Va, vis et deviens..

En bref, c’est un gentil garçon avec de bons goûts en musique et… c’est tout… (SRSLY ??? 99F????)

1. Jeremy Bloom, le Jock

Champion du monde de bosses et de ski acrobatique. Mais aussi pro en football américain.
Et puis aussi mannequin pour A&F, et pour Tommy Hilfiger…
Photobucket

Photobucket

Let’s get a little weeeeeeet, I like the way you’re working me out…

Grhhhhhhaoooooou. On va encore me dire que je préfère les américains aux français, mais j’assume.

Surtout que Jeremy, c’est un peu le gars qui plaira à toute ta famille. En plus d’être bon en ski et en football américain, il est aussi ceinture noire de karaté, il a fait des études supérieures et top du top, il a créé une association pour prendre soin des personnes âgées. Même mamie va l’adorer.

Je vous laisse, je dois aller préparer mes prochaines vacances aux States


10 km à pied…

Quand il a fallu que je choisisse le sport dont j’allais traiter, je me suis sentie un peu concon. Si j’ai été une grande sportive dans ma prime jeunesse (si), je ne suis actuellement plus très au fait de l’actualité dans le domaine.

J’ai donc opté pour une solution ludique et participative : demander à un cobaye de me citer le premier sport auquel il pensait et tenir le pari d’écrire là-dessus. Ce con (coucou ! bisous !) a répondu « triathlon ».

Bon.

CHALLENGE ACCEPTED !

Ce qui est sympa, c’est que pour une fois on sera au même niveau vous et moi. Ça va vous faire un peu bizarre, mais je trouve ça bien de me mettre à votre hauteur de temps en temps. Et qu’y a-t-il de mieux pour créer/renforcer nos liens que d’apprendre ensemble ?
Se prendre une bonne cuite
Avoir un ennemi commun sur qui languedeputer
Rien

LE SAVIEZ-TU ?

La coupe du monde de triathlon est composée de 9 courses (une c’était pas assez relou) qui se déroulent aux 4 coins de la terre. Chaque course est disputée au format olympique, c’est-à-dire 1500m de natation, 40km de cyclisme et 10km de course à pied.*

Je vous épargne l’intégralité des résultats de la Coupe du monde 2011 (d’autant que les courses ont lieu dans des endroits complètement improbables aux noms imprononçables), nous nous attarderons juste sur l’épreuve de Tiszaùjvaros (je mentais pas hein…) (phonétiquement j’aurais vu ça au Pérou mais c’est en Hongrie), parce que le vainqueur, Brent McMahon, mérite sa photo en ces lieux.

Et même une vidéo.

Ok, donc une vidéo absolument inexportable. Mais comme aucune photo ne rend grace à son physique aussi bien qu’elle, je vous incite vraiment à aller la voir sur son blog.

Brent McMahon est, comme son nom ne l’indique pas, canadien et sa victoire fut apparemment une grande surprise. C’est le 1er titre de sa carrière. Je serais tentée de dire qu’à 30 balais il était temps, mais, au contraire des autres sports, on se bonifie peut être avec l’âge au triathlon.

Le championnat du monde (à ne surtout pas confondre avec le championnat du monde de triathlon longue distance, SURTOUT PAS) (non parce que ça c’est un mix entre une épreuve olympique classique et un Ironman alors bon… Rien à voir quoi !) (Je vous ai perdu ? Et encore, dites-vous que je vous ai épargné le championnat du monde de triathlon sprint, vous êtes chanceux) c’est le même principe sauf qu’il n’y a qu’une seule épreuve (un gain de temps considérable) et que ça se passe dans des villes dont on connait l’existence.

En 2010, à Budapest (décidément, la Hongrie est une terre de triathlon !), ce fut Javier Gomez Noya qui remporta l’or. (Je vous parle de 2010 parce que le champion de 2011 est moche et il a 12 ans)

Vous pouvez même le suivre sur Twitter !

Quid du triathlon aux Jeux Olympiques !? Pensez-vous soudain, avides de savoir ! Minute papillon ! J’y viens !

Figurez-vous que le triathlon n’a intégré les épreuves olympiques que très récemment, aux JO de Sydney en 2000 ! C’est complètement dingue cette histoire… Enfin bref, l’essentiel est qu’il soit enfin reconnu et que l’on puisse se régaler devant nos téléviseurs l’été prochain durant les JO de Londres (voire, pour les plus fondus de la discipline, d’aller carrément en Angleterre encourager les triathlètes) (une expérience enrichissante, à n’en pas douter).

Le dernier vainqueur, en 2008, fût l’allemand Jan Frodeno.

(Selon les goûts de chacun, vous pouvez retrouver Jan dans diverses tenues de bain) (et sur Twitter)

Je ne saurais conclure cet article sans vous entretenir sur nos poulains, ceux qu’il va justement falloir soutenir lors des JO : les triathlètes français !

Etienne Diemunsch (aucun lien avec le mec qui a peint Le Cri) qui doit pas être mauvais car il a remporté l’épreuve de la coupe du monde 2011 à Guatapé (Colombie) (aucun lien avec Un indien dans la ville).

 

Il a aussi un Twitter, et lui au moins, on le comprend. Il a l’air plutôt sympa et on y apprend, qu’a priori, il sait faire de la compote maison #+produit.

Frédéric Belaubre, a remporté le titre de champion de France (ouais bon…) (3 fois, OKKKK) et le titre de champion de Côte d’Azur de cross country (OUAIS BON…). Mais il fait des photos sympas, de la pub pour Adidas et il a un piercing.

Voilà, j’espère vous avoir donné envie de vous inscrire à la Fédération française de Triathlon, ou, tout du moins de réussir à ne pas zapper  la prochaine fois qu’ils en parleront au JT de 20h (si tant est que ça arrive un jour).

*Source : Wikipédia

**Source : Triathlon-Vendée


Histoires de raquettes

Souvent, les gens me demandent ce que je peux bien trouver au tennis. Au-delà de la performance physique pure (le match de tennis le plus long a duré deux jours, entre l’Américain John Isner et le Cocorico Nicolas Mahut. Ça fait les bras !), il y a le fait que les joueurs de tennis sont des sortes de magiciens. Sérieusement. Ça se lance une baballe, plus ou moins fort, plus ou moins violemment, plus ou moins à la vitesse d’une Formule 1 avant qu’elle se prenne les ballots de foin, et soudain PAF ! Coup Spécial ! La balle fait un truc incompréhensible et le joueur en face se contorsionne, tout le monde retient son souffle. Option A, il la renvoie avec un Coup Spécial Encore Plus Fort et le public retient un cri ; Option B, il la rate et le public se déchaîne.

Aussi, les joueurs s’aiment tous ou presque. Ils se font des déclarations d’amour par interviews, des câlins à la fin et même pendant les matches, et n’allez pas dire du mal de l’un à un autre ou vous vous faites voler dans les plumes. Aaaah, l’Amitié Virile !

Pour tout dire, dans le vocabulaire anglais du tennis, « love » signifie « zéro ». 15-0 devient donc 15-love, on indique ainsi que même s’il y en a un qui gagne, les joueurs ne s’en veulent pas et s’aiment quand même. C’est pas beau ?

Sans plus attendre, les quatre plus Grands Magiciens de la Baballe Jaune dans l’ordre décroissant (à savoir que les trois premiers passent leur vie à échanger de place ; le classement, c’est un peu les chaises musicales)  ; les numéros devant leur nom correspond à leur rang :

1. Novak Djokovic, le grand rigolo

« Nole », comme on l’appelle, est numéro 1 en ce moment après une saison superbe – heureusement que ce ne sont pas des tournois musicaux, hein. Vous aurez noté le torse nu. Ce n’est pas un événement isolé (un autre truc bien du tennis, les joueurs ont assez peu de pudeur, surtout quand ils ont gagné).

Vous voyez ce que je veux dire ?

Tout en souplesse !

2. Rafael Nadal, la brute épaisse (si, si)

Aux alentours de fin mai, début juin, vous sentez ce vent soudain qui se lève ? C’est « Rafa » à Roland Garros venant de taper dans une balle. Je le surnomme affectueusement « Bucheron-chan ».

Ne vous fiez pas à son air inoffensif. Derrière ce sourire d’ange se cache un monstre (non, sérieusement, Nadal est adorable, mais si vous tenez à vos dents, n’essayez pas de renvoyer un de ces boulets de canon qu’il appelle service).

No comment.

3. Roger Federer, The King

Fed’ a longtemps partagé le titre de numéro 1 avec Rafa, avant que Nole ne transforme le sommet du classement en ménage à trois. Ça doit faire cinq ans au moins que les médias annoncent que sa carrière est finie et qu’il vit sa dernière saison ; Federer ne s’en est pas ému et a explosé presque tous les records de tennis et de tournois gagnés parce que le Roi, C’est Lui.

Et il le sait !

Entre deux records, il a eu le temps de se reproduire : il a des jumelles Destinées A Sauver Le Tennis Féminin ! Avec des gènes pareils, ce n’est pas possible autrement.

4. Andy Murray, The British

Un Écossais ! Il ne joue malheureusement pas en kilt. Mais il faudrait songer à en parler à son sponsor. Ou aux éditions Marvel, parce que Andy, c’est le Hulk d’Outre-Manche :

Terrifiant !

Le couple princier William-and-Kate est venu le voir jouer sans prévenir, le pauvre Andy ne s’est pas remis de s’être montré si transpirant devant ses futurs souverains. Ah, ces British…

Côté français on ne se débrouille pas mal, et ce malgré les mauvaises langues ! Nos quatre meilleurs joueurs sont dans le Top 20, ce qui n’est pas une mince affaire.

6. Jo-Wilfried Tsonga, la tornade placide

Tsonga, c’est la force tranquille, il a surgi dans le classement un jour et se maintient sans faire de vagues… Les Américains l’appellent « Gentle Dino », ça résume assez bien le personnage !

A Wimbledon, il s’envole ! Magicien.

Jo est aussi très généreux de sa personne :

Il  posé nu dans Cosmo dans le cadre de la Lutte contre le Cancer. On lui dit merci.

12. Gilles Simon, le Survivor

« Gillou » a longtemps été un autre genre de magicien, il a réussi à se maintenir dans le Top 10 en perdant tous ses matches ! Il a fini par en chuter, mais reste le troisième joueur français le plus titré (après Guy Forget et Yannick Noah. Avouez : combien d’entre vous ne savaient pas que Yannick Noah était champion de tennis ?)

Tout en intensité.

Mais la plus grande performane de Gillou restera quand même ce qui suit :

16. Gaël Monfils, le ninja

Si vous avez  joué à Street Fighter un jour dans votre vie, vous vous souvenez sans doute de ce type :

Gaël est son équivalent dans la vie réelle avec plus de cheveux.

Entre deux contorsions et élongations surnaturelles des bras et des jambes, Gaël aime Smallville, Naruto, son pote M. Pokora et s’envoler.

I belieeeeeve I can flyyyyy… (air connu)

19. Richard  Gasquet,le Fêtard

Même en étant la lanterne rouge du Top 20, Richie a un style un tantinet plus complet que ses compatriotes. Aucun doute qu’il finira par remonter !

Du moins s’il ne passe pas trop de temps à faire la fête !

Et pour conclure, quelques belles images des bromances du Top 4 :


Les coqs sportifs

Que serait un dossier sur l’hormone dans le sport sans parler du sport national de la France ?

Non pas les manifestations.

Le football. Ce sport qui se joue à 11 contre 11 et où, à la fin, c’est l’Allemagne ou Liverpool F.C qui gagne.

Depuis que la France a été championne du monde il y a 14 ans (oui, ça fait mal hein ?) les footballeurs sont devenus des égéries de la mode, de la presse people et de la publicité.

Photographiés sous toutes les coutures ils font désormais partie intégrante du paysage hormonal actuel.

Voici quelques échantillons triés sur le volet.

Que reste-t-il de nos amours ?

De la dreamteam française de 98 : pas grand-chose, Zidane est toujours plus chauve et les autres s’empâtent, sauf :

Le plus petit et le plus mignon, Bixente Lizarazu qui continue le sport (surf) et que ça se voit :

Je garde de cette époque le souvenir ému de ma première bromance, le duo d’attaquants David Trézéguet et Thierry Henry, deux fiers gaillards pas gay pour deux sous mais presque :

Ensemble dans l’adversité qu’ils gagnent ou qu’ils perdent…

Ne soyons pas mauvaise langue sur nos champions du monde, il y en a quand même un qui s’est clairement bonifié avec l’âge :

[Avant]

[Main’nant]

Après eux, le déluge au niveau footballistique, mais, par-ci par-là, on trouve quelques belles réussites hormonales en équipe de France, dont :

Le toulousain au physique de suédois, Philippe Mexès:

Djibril Cissé, pour les amateurs de tablettes en acier, de coupes déstructurées, de tatoo par milliers :

La dernière révélation en date étant Yohann Gourcuff, avec ses yeux de chaton, son français potable et sa fragilité de façade, il détonne parmi ses compagnons plus teigneux de l’EdF du dernier Mondial :

 

Ce qui est bien avec un footballer, c’est que quand il est bon, il finit généralement le match torse nu, pour fêter sa victoire :

Histoire de ne pas passer tout notre temps à se regarder le nombril, bientôt un article sur les footballeurs du reste du monde !

Hop hop hop, on n’oublie pas de jouer les prolongations avec la vidéo bonus :

Extrait de Les Yeux dans les bleus