Archives mensuelles : mars 2012

I can be your hero, baby [Part I]

Parce qu’il n’y a pas que Jon Snow et les bébés loups dans la vie, je vais vous parler super, je vais vous parler héros, je vais vous parler superhéros.

Cette année, ce sera la reboot de Spiderman avec Andrew « Social Network » Garfield

Que, personnellement, si j’étais dubitative au début, je préfère mille fois à Tobey Maguire.

Si si, regardez le un peu :

Il sera opposé au charrrismatique Rhys Ifans

…qui risque d’être moins charrrismatique dans le film puisqu’il jouera le Lézard.

Pour de l’hormone pure et dure vous pourrez compter sur le nom de Chris Zylka au générique

Mais si voyons, c’est le Thor de Kaboom !

Reste à savoir si ces deux là se rouleront une pelle encore plus mémorable que Tobey & Kirsten « Maryjane » Dunst

2012 signe aussi le retour de Christian American Psycho Bale sous la cape et le vocodeur de Batman.

Le problème étant que le costume de chauve-souris gâche un peu toute l’hormone du monsieur, mais par contre, comme Bruce Wayne, il a à peu près la grosse classe :

Il était question que Joe Gordon-Levitt  succède à son pote Heath Ledger et à Cillian Murphy comme méchant, un héritage pas dégueu, mais en fait ce sera Tom Hardy et sa bouche.

Rassurez vous, Joe est toujours pote avec Christopher Nolan et aura bien un rôle, celui d’un jeune officier de police (Robin ? Robin ? ROBIN ?)

Et les forces de police seront gâtées puisque sir Aidan Gillen fera un parfait agent de la CIA à ses côtés.

[Si, j’ai le droit de mettre Aidan dans tous mes articles]

Et dans la deuxième partie de l’article, ce sont tous les Avengers pour le prix d’un que vous retrouverez. Et je laisserai les boucles d’Aidan et de Jon Snow pour celles de Tom « god of badassry » Hiddleston !

Stay tuned !

Publicités

Winter is coming [Part 2]

Tout à vient à point à qui sait attendre, faisons deux minutes de pause, le mari et le BFF de Johns ont un petit mot à lui faire passer :

Ooooooh comme c’est mignoooooon ! Toute l’équipe du Blog de l’Hormone se joint à eux (WordPress and so on) pour souhaiter tous nos vœux de débauche à la seule normande fréquentable de l’est-parisien. Cheers meuf !

Revenons à nos moutons loups

Maintenant qu’Heights vous a parlé de la trame clef de la saison 1, et que vous avez eu 4 jours pour la comprendre, ainsi qu’apprendre par cœur les noms des persos et de Jon Snow (non parce que toute la difficulté de Games of Thrones réside dans la multiplicité des familles, territoires et autres batards de chef de clan), passons à l’étape n°2.

Autres les Stark qu’attendent l’hiver qui arrive et les Lannister qui n’en finissent plus de payer leurs dettes, nous avons la famille Targaryen. Enfin la famille… Il reste un frère et une sœur depuis que leur père (le roi fou et blond) s’est fait massacrer par les autres.

C’est peu de dire que Viserys a mal vécu cet épisode. Entre consanguinité, inceste et rancœur, il vit dans l’unique objectif de récupérer le Trône de Fer (ouais lui aussi) (et le Trône n’est pas assez large pour s’asseoir à 4 dessus, sinon ça réglerait le problème) (et il n’y aurait pas eu de bouquins ni de série, ça nous aurait fait gagner un temps fou).

Son plan c’est de marier sa jeune sœur Daenerys au Khal Drogo, seigneur de guerre du peuple dothraki, afin de pouvoir emprunter son armée pour aller foutre une branlée à ceux qui squattent Port-Réal (là où est le palais et donc le Trône).

Viserys est un petit con couard mais il est blond, et joué par Harry Lloyd, alors on lui fait une petite place.

De toute façon il sera puni pour tous ses péchés, et d’une façon assez trashouille, je vous préviens.

Vous avez également pu le voir dans la Dame de Fer de Phyllida Lloyd (apparemment il a une connexion spécifique avec le fer…), où il joue le mari de Margaret Thatcher jeune.
A part ça, il est l’arrière-arrière-arrière-petit-fils de Charles Dickens et il a des faux airs de Michael Fassbender. Tranquillement.

Grâce à sa fourberie et son sens des affaires, Viserys arrive à arranger le coup entre Khal Drogo et sa frangine.

Khal Drogo si vous voulez c’est un peu le chef des centaures. Il mène un peuple nomade à cheval et il vit dans une sorte de tipi/yourte.

Niveau physique, on peut dire que le Drogo est plutôt gaulé, par contre on aurait tendance, lui et ses copains, à les prendre quelque peu pour des arriérés (c’est les seuls à ne pas parler la même langue que les autres par exemple).

Le genre de mec à repérer une bougresse, la choper par les cheveux et la trainer jusqu’à sa couche pour lui mettre la misère.
La nuit de noces n’est pas filmée en détail mais on peut tout de même imaginer que la défloraison de la jeune Daenerys a plus tenue de la boucherie que de la lune de miel.

Mais heureusement, grâce aux conseils d’une servante ex-catin, Daenerys va rapidement faire comprendre à son époux qu’elle préfère être sur le dessus et t’as vu comme c’est vachement bien quand on prend notre pied tous les deux et tiens si tout d’un coup tu devenais tendre et amoureux ?

Et pouf pouf, Khal Drogo devient une montagne de muscles cachant un petit cœur fondant (ouais, encore un).

L’acteur qui lui prête ses traits, Jason Momoa, est un ancien mannequin hawaïen qui  a joué dans Alerte à Malibu. Et avec sa femme Lisa Bonet (ex de Lenny Kravitz et mère de Zoe), il n’est pas loin de former la famille la plus cool/classe du monde.

C’est pas tout ça me direz-vous, mais quid de Jon Snow BORDAYL !? Je comprends votre impatience. Malheureusement mes petits loups, va falloir vous la carrer derrière l’oreille (L’IMPATIENCE !) parce que Jon Snow a décidé de rejoindre la Garde de Nuit et de prêter serment. Traduction : ceinture à vie. Quel gachis…

Mais Ed Stark avait apparemment pensé à vous parce qu’il a un 2ème fils dans les mêmes âges : Robb Stark. Qui lui n’est pas un batard ET qui aime aussi les bébés loups. Niveau prestige on y gagne quand même vachement. Et niveau physique, c’est loin d’être du foutage de gueule.

Richard Madden, écossais.

Ainsi clos-je ce dossier en 2 parties sur Games of Thrones, dont la 2ème saison débute le 5 avril. Nous espérons vous avoir suffisamment rafraichi la mémoire sur les intrigues de la saison 1.


Winter is coming [Part I]

George R. R. Martin est aux littératures de l’imaginaire ce que Marc Lévy est à vos lectures du métro.

George, un jour, s’est dit : je vais écrire une saga révolutionnante et passionnante, il y aura des bruns, des blonds, des grands, des (très) petits et Jon Snow. Et ça donné Le Trône de fer. Les américains, qui ne sont pas les derniers des idiots dans l’exploitation des univers chouettos, en ont fait une série qui passe sur HBO et qui va recommencer tout début avril pour une saison 2 qui s’annonce dantesquaculaire.

Et comme pour résumer tout ça, c’est un chouya compliqué, on va faire appel à l’ami wiki :

« L’histoire de A Game of Thrones, ainsi que des autres livres de la série, prend place dans un monde fictif qui rappelle l’Europe à l’époque du Moyen Âge. L’action a surtout lieu sur le continent de Westeros, où les saisons durent des années. »

Tout commence quand Eddard Stark…

[célui]

…Lord of Winterfell est nommé « main du roi » (mais en fait c’est plutôt son bras droit) Robert Baratheon (qui est très laid, donc pas d’illustration). Ed et Rob sont des vieux potes, ils ont éjecté tous les deux Aerys Targaryen le roi fou (et blond) il y a quelques années. Au départ, Ed est pas chaud chaud pour retourner à la cour, toussa. Surtout qu’il a plein de gosses à nourrir. Et Jon Snow. Mais bon, sa femme lui dit « si vazy on y va, y a un truc chelou avec la mort de la main qui est en fait un bras droit, et il parait que ce serait la famille de la femme de Rob, cette bande de quenelles putrides de Lannister ! »

Chez les Lannister, autre grande famille du royaume, c’est un peu la roulette russe génétique. Chez les uns c’est : BINGO

Chez les autres c’est… euh… enfin… mais…

[Ouais, mais il a gagné un Emmy]

Jaime Lannister est joué par Nikolaj Coster-Waldau et Tyrion par Peter Dinklage.
Tout ce beau monde à la cour est conseillé par Littlefinger, grand argentier des 7 couronnes, incarné par un membre de mon panthéon de l’hormone, le grand, le beau, l’immarcescible Aidaaaaan Gillen !

[Littlefinger] [il vous avait pourtant bien dit de vous méfier]

[Aidan Gillen]

Pour les historiologues de l’hormone, vous avez certainement reconnu le type qui roulait des pelles à Jaxx de Sons of Anarchy alors qu’il était minot et encore en Angleterre.

Oui, Stuart et Nathan de Queer as folk UK = Aidan Gillen & Charlie Hunnam = Littlefinger & Jaxx

Littlefinger, n’a, pour l’instant, pas grand-chose à voir avec Jon Snow.

Vous avez donc les prémices de l’histoire, le fil rouge principal, pour les détails sur les histoires annexes il va falloir attendre la partie 2, qui arrivera très bientôt sous la plume de Vikler !

Et pour tous ceux qui ont lu cet article en se disant « mais putain, qui c’est Jon Snow ?! »

Voilà :

Mesdames zé messieurs : Kit Harington.

Je vous l’annonçais comme révélation de l’année ici et je peux d’ores et déjà affirmer qu’il va réchauffer notre printemps avec ses histoires WTF d’hiver qui arrive.


La maison du bonheur

Megaupload est mort mais ouais on regarde toujours des séries KESKYAAA !??

Une des nouveautés de la saison 11-12 c’est New Girl, produite et jouée par la malicieuse Zooey Deschanel.

Zooey Deschanel est absolument insupportable. Fille de, sœur de, actrice, chanteuse, compositrice, musicienne, pote de lycée de Jake Gyllenhaal, pote tout court de Joe Gordon-Levitt, icône du milieu artistique indé américain, bref on devrait la haïr.

Mais non.

C’est dire si je suis magnanime.

La preuve c’est que, sous vos yeux émerveillés, je vais même mettre une photo d’elle dans cet article.

Profitez-en, ça va pas se reproduire de si tôt.

Zooey Deschanel étant riche et bankable, elle a pu produire la série de ses rêves dans lequel elle joue son rôle favori de fille un peu lunaire, assez drôle et complètement cutie. Mais là où ça devient intéressant, c’est que cette New Girl a trois colocs MÂLES.

Un noir, un juif et un mec normal (oui j’ai fait cette blague).

Dans le pilote, Damon Wayans Jr sautillait élégamment sous nos yeux, il était mignon, nous étions aux anges, l’idylle promettait d’être intense. Et puis non. Parce qu’il a du aller tourner la 2ème saison de Happy Endings et que lui, pas plus que les autres, ne peut être au four et au moulin. L’ubiquité, un vrai problème de société.

Il est remplacé dans les épisodes suivant par Lamorne Morris, qui est sympa, c’est pas le souci, mais niveau dopage du flux sanguin c’est pas vraiment ça. Désolée. (Disons les choses comme elles sont, il ressemble à Charly de Charly&Lulu)

Les deux autres n’ont pas changé.

Max Greenfield joue Schmidt, un ancien obèse (l’alter égo masculin de Monica Geller) qui passe sa vie torse nu pour montrer ses beaux abdos tous neufs. Il a un emploi subalterne, mais qui nécessite néanmoins un costard cravate, dans une entreprise uniquement composée de femmes.

Ce qui lui vaut l’immense chance de devoir jouer le rôle de Sexy Santa, Sexy Lapin de Pâques and so on.

Schmidt c’est le mec branleur au premier abord, qui se voit obligé de déposer des milliers de $ chaque mois dans le pot « douchebag », mais qui, bien sûr, n’est au fond qu’un petit cœur sensible à la recherche de la femme de sa vie. Et c’est probablement un très bon coup d’après… NO SPOILER.

Et le dernier, mon préféré, Jake Johnson aka Nick. C’est un peu le redneck de la bande, le mec qu’a légèrement la lose, qui s’est fait plaqué, qui a abandonné ses études de droit à 2 doigts du diplôme, qui bosse dans un bar en attendant de trouver sa voie, qui vit en coloc à 30 ans, bref le mec un peu paumé, donc forcément touchant.

Nick c’est le bon pote sur qui tu peux compter, et auquel tu vas penser au bout de quelques années comme une vraie évidence en te demandant comment t’as pu vivre à ses côtés pendant si longtemps sans songer à lui rouler une pelle.

Jake Johnson a de plus un réel don pour les mimiques expressives, comme la turtle face :

Les vrais fans de la série ont même carrément inventé un verbe à partir du prénom de son perso pour désigner une personne qui fait ce genre de têtes, parlant ainsi de « someone who’s nicking ».

New Girl, en 16 épisodes, nous a également offert quelques guests, comme Justin Long, mais surtout RYAN KWANTEN !!

Rappelle-toi quand tu tirais la langue devant Summerland en rêvant de vivre dans cette maison paradisiaque au bord de l’eau avec des colocs surfeurs se baladant en permanence en short de bain. Un rêve.

Ryan a poursuivi sa carrière dans la surhormonale True Blood, toujours dans le quasi plus simple appareil, et je peux vous dire que ça ne change pas beaucoup dans New Girl.

Bref, certainement pas la série de l’année, mais pour un week end de fatigue, entre grasse mat’ et gueule de bois, vous y trouverez largement votre compte.

[Bonus Track] Beaucoup, beaucoup, beaucoup + de .gif sur le tumblr de New Girl.


Le français

En ce jeudi embrumé, parlons de Laurent Lafitte. « Lawrence The feet » comme il aime à se présenter devant de jolies angloises aux César, nous accordant ainsi enfin un moment de rire bienvenue durant cette longue suite de bides.

Le grand public a découvert Laurent Lafitte en 2010 dans les Petits mouchoirs (The little Kleenex) de Guillaume Canet, dans lequel il jouait un mec largué du genre méga relou (totalement raccord avec le film donc). Mais je devrais dire « re-découvert » car Laurent Lafitte c’est avant tout Classe Mannequin !

Oui oui oui, c’est sur M6 dans les années 90 que le jeune Laurent arborait son immense sourire (11 dents de plus que la moyenne selon l’intéressé) pour la première fois. Et c’est déjà une réussite en soi d’en être sorti, car qui, aujourd’hui, s’intéresse encore au potentiel de Vanessa Demouy (à part son mari, le beaufisant Philippe Lellouche), ou sait ce qu’est devenu Christine Lemler après avoir déménagé à St Tropez ? PERSONNE.
Et je ne vous parle même pas de Cachou.

Alors que Laurent Lafitte n’en finit plus de gravir les échelons de la notoriété et de la reconnaissance professionnelle et publique.

En 2008 il triomphe (dixit les affiches du métropolitain) avec son one man show « Comme son nom l’indique », co-écrit avec mon absolut crush de 2001, le comédien Cyrille Thouvenin.

En 2011, il étonne avec de la barbe dans le vrai-faux documentaire « Moi Michel G, milliardaire, maitre du monde » de Stéphane Kazandjian aux côtés de FX Demaison.

En 2011 surtout, il réussit l’exploit insensé de rendre la Cérémonie des Molières drôle. Et je l’affirme en connaissance de cause car j’ai téléchargé (bouuuuuuh) et regardé entièrement l’émission de France 2 il y a deux semaines (c’est un vrai sacerdoce d’écrire sur ce blog).

Et 2012, l’année de la consécration (ouais, carrément) (et ici, on n’est pas du genre à exagérer).

Alors bien sur ce ne sont que des rumeurs, mais l’on suppute qu’il est à l’origine de la nouvelle pastille radiophonique « A votre écoute » sur France Inter, en compagnie de Zabou Breitman (avec laquelle il a déjà travaillé au théâtre, ce ne serait donc pas complètement absurde qu’ils aient eu envie de se retrouver pour un nouveau projet).

Si tel est le cas (et j’en suis sûre), il nous délivre là, l’une des plus belles surprises de ce début d’année : 9 minutes par jour d’humour vachard, absurde, réactionnaire et odieux.

2012 signe en tout cas l’ajout d’une particule à son nom : Laurent Lafitte DE LA COMEDIE FRANCAISE. Et ça, au niveau classitude, on n’a toujours pas trouvé mieux.

C’est là toute l’ambiguïté et la richesse de Laurent Lafitte, un physique de gendre idéal pour un mec qui peut très bien réciter des horreurs antisémites ou pédophiles à l’heure de midi et jouer une pièce de Nicolas Gogol le soir.

Rah zuuut, j’ai oublié d’évoquer ses belles lèvres charnues qu’on rêverait d’embrasser…


L’hormone chez le djeunz

Nous, à la rédaction du blog de l’hormone, nous ne sommes pas des djeunz. A dire vrai, nous sommes intemporelles et immarcescibles. Et immortelles. Et méga-bonnes. Et célibataires. Mais là n’est pas le propos.

Pour pallier le manque d’hormone à disposition sur ce blog pour nos amis les adolescents – les prépubéres comme les attardés, je me suis mise en quête de jeunes pousses. Seul barrage sur mon chemin de croix : la légalité.

Oui. Il fallait que je me contente de garçons majeurs. J’ai donc attendu, attendu et…

Les 18 ans de Justin Bieber sont venus !

Donc maintenant on a le droit de faire ça :

Mais bon, on a tellement attendu que du coup, on est complètement à la masse sur ce qui est trendy et ce qui ne l’est pas, si bien que désormais Zac Efron a du poil au menton :

Mais pas que…

Mais alors, allez vous me dire, de qui nos djeunz sont-ils in love ?

Et bien, je vous répondrai : de 5 anglais dans le vent, les One direction

« One-D » pour les intimes.

Liam Payne (oui, si vous trouvez qu’il ressemble vachement à Justin, sachez le : chez les teen-idols aussi ils recyclent)

NiallFacts-3

Niall Horan qui est blond et donc qui aura l’air d’avoir 15 ans encore plus longtemps que les autres. C’est la loi.

Louis Tomlinson qui est presque bon pour la casse avec ses 20 ans au compteur.

Harry Styles (non ce n’est pas le même type sur les deux dernières photos, ils ne vont pas jusqu’à recycler à l’intérieur même des groupes)(pas encore, du moins).

Et Zayn Malik, sosie non-officiel de Mark Indelicato, le petit frère gay d’Ugly Betty :

Si vous voulez tous les comparer en même temps et vous lancez dans la guerre qui fait rage sur les internets de « cékikéleplusbo », allez y :

cool-one-direction

Pendant ce temps là le dernier Jonas Brothers a eu le temps d’avoir 19 ans et de prendre des muscles.

…Et de tourner dans Smash la série sur les coulisses d’une comédie musicale de Broadway, où il fait honneur à son prénom (Nick) et on en dira pas plus !

Et parce que TeamEdward et TeamJacob c’est un peu dépassé maintenant, je peux vous révéler la vérité vraie derrière cette guerre mondiale de l’hormone :

Je dédicace cet article à toutes les pumas et aussi à celles qui n’assument pas.


Jane Austen’s men

Bienvenue dans l’hormone raffinée, élégante et éminemment anglaise de dearest Jane ! Si vous aimez les gentlemen british et en costume, cet article est pour vous (et si vous n’aimez pas, sachez que l’hormone austenienne est diversifiée et pleine de gens connus) (mais si vous voulez du torse musclé-bronzé, ça va quand même être dur, l’Anglais ne prend pas le soleil).

Commençons par Raison et Sentiments et ses deux héros. D’abord, Edward Ferrars, gentil et honorable mais un peu mou du genou, existe en deux modèles :

Du classique avec Hugh Grant (film d’Ang Lee, 1995), ou du jeune et joli avec Dan Stevens pré-Downton Abbey (mini-série de 2008).

Pour le plus âgé et aguerri Brandon, revenu des Indes,  the one and only Alan Rickman (film de 1995) – Brandon ultime pour bien des « janeites » (bon si pour vous c’est Rogue/le shérif de Nottingham, vous allez ptet pas bien saisir l’attrait) :

Dans la catégorie « je boude et les gens me font chier » (mais quand même plus civilisé que Heathcliff des Hauts de Hurlevent), Mr Darcy de Orgueil et Préjugés, interprété (plus) récemment par deux acteurs chatoyants :

King Colin Firth (mini-série BBC de 1995, qui contient l’ultra-fameuse scène de la chemise mouillée, quand Darcy plonge dans un lac) vs. Matthew MacFadyen (film de 2005). Le débat fait toujours rage.

On passe ensuite à Mansfield Park, que personne ne connaît parmi les non-fans, et qui a, il faut le dire, le héros le moins charismatique des Austen : Edmund Bertram, qui veut devenir pasteur et est amoureux de sa flamboyante mais frivole voisine. Heureusement, les acteurs rattrapent assez bien le coup :

Blake Ritson en 2007 dans un téléfilm ITV pas tout à fait réussi, et Jonny Lee Miller en 1999, dans un film… étrange (avec même une scène un peu chaude – dans un Jane Austen, ça brûle un peu la rétine).

Emma nous offre Mr Knightley, le mec bien sur qui on peut compter, le vrai gentleman, pas comme Darcy interprété notamment par ce trio gagnant :

Mark Strong (téléfilm de 1996 avec Kate Beckinsale) (actuellement spécialisé dans les rôles de méchants chauves), Jeremy Northam pré-Tudors (et donc avec une tête) (film de 1996 avec Gwyneth Paltrow) et Jonny Lee Miller, encore lui (mini-série de 2009).

Northanger Abbey, avec le charmant Henry Tilney, qui aime lire et s’y connaît en mousseline (même si j’ai vu qu’une internaute l’avait pris pour le « sassy gay friend » de l’héroïne) :

JJ Feild, téléfilm ITV de 2007. Récemment vu (aperçu) dans Captain America (c’est l’Anglais. Y’en a qu’un).

Enfin, on finit sur Persuasion, dernier roman de Jane, avec le swoonesque Captain Wentworth, capitaine de marine revenu riche de la guerre, qui écrit des lettres d’amour badass :

Ciarán Hinds pré-Jules César/Aberforth Dumbledore (film de 1995) (il a ses fans, ça doit être le côté rugueux), et le plus jeune et frais (et blond) Rupert Penry-Jones (téléfilm ITV 2007).

Alleeeez, bonus, avec Simon Woods (pré-Rome lui aussi) alias Mr Bingley dans Orgueil et Préjugés 2005 (caution rousse), et Hugh Laurie alias le caustique Mr Palmer dans Raison et Sentiments 1996.

Ça laisse l’embarras du choix, non ? Et encore j’aurais pu citer Ewan McGregor, James Purefoy, Greg Wise, Rupert Evans, Dominic Cooper, Rupert Friend, voire même James McAvoy pour Becoming Jane, et Hugh Dancy pour Le club Jane Austen…….

Ps : read the books ♥