Jane Austen’s men

Bienvenue dans l’hormone raffinée, élégante et éminemment anglaise de dearest Jane ! Si vous aimez les gentlemen british et en costume, cet article est pour vous (et si vous n’aimez pas, sachez que l’hormone austenienne est diversifiée et pleine de gens connus) (mais si vous voulez du torse musclé-bronzé, ça va quand même être dur, l’Anglais ne prend pas le soleil).

Commençons par Raison et Sentiments et ses deux héros. D’abord, Edward Ferrars, gentil et honorable mais un peu mou du genou, existe en deux modèles :

Du classique avec Hugh Grant (film d’Ang Lee, 1995), ou du jeune et joli avec Dan Stevens pré-Downton Abbey (mini-série de 2008).

Pour le plus âgé et aguerri Brandon, revenu des Indes,  the one and only Alan Rickman (film de 1995) – Brandon ultime pour bien des « janeites » (bon si pour vous c’est Rogue/le shérif de Nottingham, vous allez ptet pas bien saisir l’attrait) :

Dans la catégorie « je boude et les gens me font chier » (mais quand même plus civilisé que Heathcliff des Hauts de Hurlevent), Mr Darcy de Orgueil et Préjugés, interprété (plus) récemment par deux acteurs chatoyants :

King Colin Firth (mini-série BBC de 1995, qui contient l’ultra-fameuse scène de la chemise mouillée, quand Darcy plonge dans un lac) vs. Matthew MacFadyen (film de 2005). Le débat fait toujours rage.

On passe ensuite à Mansfield Park, que personne ne connaît parmi les non-fans, et qui a, il faut le dire, le héros le moins charismatique des Austen : Edmund Bertram, qui veut devenir pasteur et est amoureux de sa flamboyante mais frivole voisine. Heureusement, les acteurs rattrapent assez bien le coup :

Blake Ritson en 2007 dans un téléfilm ITV pas tout à fait réussi, et Jonny Lee Miller en 1999, dans un film… étrange (avec même une scène un peu chaude – dans un Jane Austen, ça brûle un peu la rétine).

Emma nous offre Mr Knightley, le mec bien sur qui on peut compter, le vrai gentleman, pas comme Darcy interprété notamment par ce trio gagnant :

Mark Strong (téléfilm de 1996 avec Kate Beckinsale) (actuellement spécialisé dans les rôles de méchants chauves), Jeremy Northam pré-Tudors (et donc avec une tête) (film de 1996 avec Gwyneth Paltrow) et Jonny Lee Miller, encore lui (mini-série de 2009).

Northanger Abbey, avec le charmant Henry Tilney, qui aime lire et s’y connaît en mousseline (même si j’ai vu qu’une internaute l’avait pris pour le « sassy gay friend » de l’héroïne) :

JJ Feild, téléfilm ITV de 2007. Récemment vu (aperçu) dans Captain America (c’est l’Anglais. Y’en a qu’un).

Enfin, on finit sur Persuasion, dernier roman de Jane, avec le swoonesque Captain Wentworth, capitaine de marine revenu riche de la guerre, qui écrit des lettres d’amour badass :

Ciarán Hinds pré-Jules César/Aberforth Dumbledore (film de 1995) (il a ses fans, ça doit être le côté rugueux), et le plus jeune et frais (et blond) Rupert Penry-Jones (téléfilm ITV 2007).

Alleeeez, bonus, avec Simon Woods (pré-Rome lui aussi) alias Mr Bingley dans Orgueil et Préjugés 2005 (caution rousse), et Hugh Laurie alias le caustique Mr Palmer dans Raison et Sentiments 1996.

Ça laisse l’embarras du choix, non ? Et encore j’aurais pu citer Ewan McGregor, James Purefoy, Greg Wise, Rupert Evans, Dominic Cooper, Rupert Friend, voire même James McAvoy pour Becoming Jane, et Hugh Dancy pour Le club Jane Austen…….

Ps : read the books ♥



5 responses to “Jane Austen’s men

  • Calixa_K

    Bon bah voilà, j’ai envie de re-re-re-re-revoir Emma maintenant. Jeremy/Knightley ♥

  • nuwanda85

    Je comprends bien🙂

  • Sylvie

    J’avoue ne jamais avoir vraiment compris ce que l’on trouve à ces héros un petit peu trop en sucre d’orge. C’est évidemment question d’appréciation personnelle. J’admettrais deux notables exceptions parce que je les trouve un peu moins invraisemblables que les autres : Ciarán Hinds (mais là, je ne suis pas objective puisque je suis une des trois webmasters de son presque-officiel site web) et Alan Rickman, parce que justement ils conviennent à l’image que l’on peut se faire d’un officier de marine qui vient de se taper les guerres napoléonniennes et en est revenu vivant (Wentworth dans Persuasion) et d’un colonnel qui revient des Indes (Brandon dans Sense & Sensibility pour les mêmes raisons). Persuasion de 1995 reste, à mon humble avis une des meilleures adaptations d’une oeuvre de Jane Austen.
    Cordialement

    Sylvie

  • nuwanda85

    Je suis assez d’accord avec vous, Wentworth et Brandon sont certainement parmi les héros les moins lisses de Jane Austen (et les acteurs cités aussi). Je ne sais pas si ce sont les autres acteurs ou les autres personnages que vous trouvez trop « sucrés », pour les acteurs affaire de goût oui, mais pour les personnages je ne suis pas d’accord. Certains sont assez gentillets (Edward et Edmund), les autres non. Darcy est malpoli, limite irrespectueux, arrogant ; Knightley n’hésite pas à rembarrer Emma et c’est un mec plus « normal » que « romantique » ; et Henry Tilney a une personnalité que je ne trouve pas banale ds ce genre de roman (ironique, drôle).
    ps : je crois que tout le monde est d’accord avec vous pour Persuasion 95🙂

  • Adaptation & Trahison « leblogdelhormone

    […] n’est pas parce qu’on a traité Dorian Gray, Jane Austen et un morceau du 9e art que nous avons passé en revue la littérature pour […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :