Solidarité hormone

Le week-end dernier, j’étais l’envoyée très spéciale de l’hormone à Longchamp pour les 20 ans des Solidays, et même qu’il y avait quelques concerts, pas que de l’alcool.

J’avais déjà sévi là bas lors de la précédente édition (voir cet article mirifique), mais cette année, pas de photo-reportage pour quelques raisons simples :

1/ Il faisait un temps de chiennasse et aucun torse nu n’était à l’horizon

2/ J’avais la flemme

3/ Il y avait largement de quoi faire avec les artistes de la programmation

Les voici donc pour votre plus grande joie !

Tout a commencé le vendredi soir quand j’ai du prendre une décision cruciale : Miles Kane ou Orelsan ?

Musicalement c’était le premier, hormonalement le second, mais, que voulez-vous, je n’étais pas encore ivre et j’ai opté pour la musique

Heureusement Miles avait un complet bleu du plus bel effet.

Ce soir là, il y avait aussi le croquinou Ben Howard (sur lequel, si j’ai bien compris, Vikler a mis une option)(Ben, si tu nous regarde !)

Mais les choses sérieuses n’ont véritablement débutées que le samedi, et, pour ne pas faillir à ma réputation, c’est un batteur qui a retenu en premier mon attention :

Arnaud Gavini, batteur de Rover (chouette, très chouette concert) qui n’a pas été sans me rappeler un autre batteur cher à mon coeur, que j’avais couronné roi de notre top 5 de l’année, j’ai nommé Ion de Shaka Ponk, qui était lui aussi de la partie et cette fois sur la grande scène à 00h30 !

Petite piqûre de rappel :

L’ambiance a d’ailleurs augmenté d’un cran grâce aux potes des Shaka, les Skip the use, menés par le très très torse nu Mat Bastard :

Le dimanche ça a été Woodstock, mais les Airnadette ont eu le bon goût de jouer sous un chapiteau et on a ainsi pu profiter au sec du tout aussi torse nu Gunter Love :

Et de son pote Moche (Pitt)

Par contre pour Charlie Winston, ce fut l’apocalypse.

Pas de bol : vent, pluie, gadoue, les gens n’étaient pas vraiment d’humeur à gigoter dans tous les sens. Bravo à lui en tout cas pour avoir gardé son chapeau jusqu’au bout !

Mais, je dois avouer que celles qui allient le mieux, musique, solidarité & bonnassitudes sont les soeurs de la perpétuelle indulgence, qui nous ont gratifiées d’une messe musicale mémorable.

Je vous transmets leur bénédiction à vous peuple de l’hormone :

« Que Sainte Pouffe, patronne des Couvents de France,
Sainte Tapiola, patronne des Garçons qui aiment les Garçons,
Sainte Sapho, patronne des Filles qui aiment les Filles,
Sainte Cyclète, patronne des Bi,
Saint Jean d’Arc, patron des Transgenres,
Sainte Rita, patronne des causes désespérées, et donc des hétéros,
Veillent sur vous avec Amour, Joie et Paix. »

À propos de Heights Johnson

Hedonist, narcissist, hormone fascist since 1988. Editrice vampirophile technopaïenne aimant le chiffre 8, les cheveux blonds et les gentlemen only. Aussi. http://www.heightsjohnson.blogspot.com Voir tous les articles par Heights Johnson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :