Island of hormone [Part II]

Bon, ça fait un mois que c’est fini, mais l’hormone ne périme jamais (non gens d’hollywood, vous ne pouvez pas piquer cette phrase pour intituler le prochain James Bond).

Au Sziget (voir article précédent), il y avait aussi de l’hormone sur scène hein. Et j’ai même compilé plein de preuves photographiques. Histoire que vous n’ayez pas à me croire sur parole.

tumblr_ml1xx7oa341snq68mo1_500

601413_10151495730207084_94236790_n

Le King de l’hormone de la première partie du festival s’appelait clairement Simon Neil, et pas besoin de grosses flammes, de confettis et de brisage d’instruments : non, seul son minuscule petit pantalon nous importait ce soir là.

970684_10151495730332084_531793725_n

1150781_10151495730442084_1946376405_n

Car, avec le temps, chez Simon, tout a rétréci : de sa barbe à ses habits. On espère que sa femme n’est pas trop frustrée.

1098162_10151495730787084_23016195_n

Le chapiteau de l’A38 a été un lieu d’extase à part entière :

602014_10151494665257084_2048559455_n

Comme en témoigne, ci-dessus le monsieur de Hoffmaestro.

Hoffmaestro, des suédois qui étaient intéressants surtout parce qu’ils attiraient un public de grands blonds ne supportant pas la chaleur et donc peu garnis en vêtements (voir note précédente)(oui, les liens, c’est pour les chiens).


998088_10151503435167084_652171282_n


Chez les frères Jarman des Cribs (un groupe qu’il est musicalement bien) l’hormone est fluctuante, parfois c’est Ryan, parfois c’est Gary,  qui gagne la médaille de l’hormone – trop de peu de fois c’est l’autre frère dont on n’est pas obligé de retenir le nom. Bon, si, ok, il s’appelle Ross, mais c’est bien parce que c’est vous.

Breeeeef : Ryan n’en faisant capillairement qu’à sa tête et Gary ayant eu le bon goût d’arborer une affriolante barbe de trois jours , c’est ce dernier qui gagne la palme pour cette fois.
Gary+Jarman+nPhZ1lMTJpTm
[Ryan, Ross & Gary, mais vous les aurez replacés tous seuls à l’aide mes indications mignonnes]

S’il y a bien un groupe qui a marqué mon année musicale, c’est Everything Everything, et j’étais donc pantoise d’admiration, au premier rang, quand notre ami Jeremy Pritchard (@PritchardJeremy pour les intéressées), à gauche sur la photo en bas. (Oui, bon scrolle, hein)

Alex+Robertshaw+Jeremy+Pritchard+Barclaycard+2uRv6uyhdj6lAncien garçon potelé devenu franchement tanké, Jerem’ se la pète grave avec sa basse et ses choeurs, et est un petit teigneux sur scène. Mais nous, on l’aime bien. Et on le valide grave.

1157476_10151494672757084_1134445659_n

Bon, j’oublie personne ?

Si ?

Qui cela peut-il être ?

Oh.

Lui🙂

Dame  553024_10151495764357084_386497921_n

945436_10151495763712084_2017417934_n

995156_10151495763257084_77222049_n

1001420_10151495763602084_1107316374_n  1014190_10151495758972084_1862195495_n

1016445_10151495763262084_1112620200_n

À propos de Heights Johnson

Hedonist, narcissist, hormone fascist since 1988. Editrice vampirophile technopaïenne aimant le chiffre 8, les cheveux blonds et les gentlemen only. Aussi. http://www.heightsjohnson.blogspot.com Voir tous les articles par Heights Johnson

One response to “Island of hormone [Part II]

  • Dams

    Je vous conseille également de télécharger l’appli ITunes Festival sur les tablettes et smart phones de la marque à la pomme. Ça grouille de concerts garnis de chatons…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :