Archives de Catégorie: Cinéma

League of extraordinary dreadful hormone

Vous aviez kiffé LXG – l’adaptation du comics La Ligue des Gentlemen extraordinaires ?

 

Alors vous allez vous régaler devant Penny Dreadful, série gothique et poisseuse où se croisent plein de nouveaux (et quelques anciens) minois qui vous raviront les mirettes.

20140509HOPennyDreadful2-1

La tête d’affiche est partagée par Eva Green et Timothy Dalton.

"Penny Dreadful" Series World Premiere

Clâsse.Timothy-Dalton-Penny-Dreadful

[Timothy est un ancien James Bond et, ici, une resucée d’Alan Quatermain qui aurait fusionné avec Abraham Van Helsing]

Ces deux monstres de charme et d’allure sont suivis de très près par un outsider qui avait disparu de nos radars depuis une dizaine d’années, le revenant Josh Hartnett :

10311762_10152507799238132_8875079136794300400_n

www.indiewire.com

Vous l’aurez compris il s’agit d’un mash-up des créatures littéraires les plus populaires, le tout avec beaucoup de sang et de sexe, parce qu’il faut bien vivre.

Si ça ne suffit pas à vous convaincre de vous mettre devant votre petit écran, alors voyez-donc ce qui suit.

 

Frankenstein n’est pas le nom de la créature, mais du scientifique qui l’a « mis au monde ». Et il a un prénom : Victor. Et il a désormais un visage, celui d’Harry Treadaway.

600full-harry-treadaway

Etrange et glaçant mais aussi profondément fascinant et hypnotique, ce savant fou dont on suit les aventures peu glam’ n’a pas peur de mettre les mains dans le cambouis et ce avec un entrain qu’on n’aurait pas prédit.

MV5BMTM0NjM4NTY5OV5BMl5BanBnXkFtZTcwMzU4NDc0Nw@@._V1_SX640_SY720_

[Un mélange réussi – et c’était pas gagné – de Russell Tovey et de Alfie Allen]

Bien sûr, quand on annonce la présence de Dorian Gray, c’est une autre affaire. On s’attend à un dieu de l’hormone. A un pic, à une péninsule, que dis-je, à un jeune premier ayant la profondeur d’un acteur oscarisé pour la 4ème fois.

On s’attend donc à être déçu, comme avec la prestation du pourtant sublime Stuart Townsend dans LXG, justement.

Et bien, perso, je ne l’ai pas été.

Episode 102

Je n’aurais jamais casté Reeve Carney dans ce rôle à première vue, et j’aurais eu tort.

Reeve-Carney2

Celui qui est un petit chouchou de Broadway où il roule des pelles à l’envers comme personne, se révèle être une bombe sensuelle dans ce rôle.

reeve-carney-spiderman-kiss_650_20130430

Avec cette dose de mammouth de charme mêlée à une perversité sous-jacente qui fait de Dorian le personnage le plus moderne de toute la littérature anglo-saxonne.

Et puis quand on voit à quel niveau d’hormone se situent les personnages de second plan…

Robert Nairne - Vampire

[Robert Nairne joue le(s) vampire(s) – je voudrais bien vous expliquer pourquoi, mais pour cela je devrais vous spoiler]

 

Gavin Fowler - Simon

[Gavin Fowler joue le rôle de Simon, figurant pour l’instant mais appelé à au moins une ou deux apparitions plus conséquentes]

…il n’est même plus question de résister.


Sous les pavés, l’hormone [Part III]

Je vous avais promis de la jeunesse, des étoiles plein les yeux, et de la chair fraîche. Oui, ça va arriver. Je vous le jure. C’est à quelques scrolls d’ici – mais avant, appesantissons nous sur une valeur sûre, enfin dégagée de son image de vampire à paillettes, j’ai nommé :

 robert-pattinson-20090626-519105

Le Prince Rob’

Le petit Robert aux joues rouges d’Harry Potter a fait du chemin et porte une fois de plus admirablement le costume dans le dernier Cronenberg, Maps to the stars.

COS_D027-05147.NEF

Dans le bras de fer psychologique qui l’opposait Kristen Stewart, c’est son hormone écrasante qui l’a emporté : finalement son ex a annulé le déplacement.

43 ans semble bel et bien être l’âge de la maturité de l’hormone, et il n’y a pas que dans le jury que cet âge d’or est représenté :

ld3480lsbaragliascrarti

Leonardo Sbaraglia a dû boire beaucoup de bon vin argentin, je ne vois que ça, car il ne fait pas du tout sa quarantaine. C’est la révélation de l’hormone brune de ce festival et sa bouche n’est pas sans rappeler celle de notre ami Gael, cela suffira-t-il à lui faire décrocher un prix d’interprétation pour Relatos Salvajes (Wild Tales) de Damián Szifron ?

Suspens.

Dégradons les couleurs capillaires et passons à un inconnu pas tout à fait inconnu. Vous savez, ces types qu’on a déjà vu quelque part et même qu’ils nous ont tapé dans l’oeil, mais pas assez pour qu’on les google, parce qu’on avait trop la flemme ou les mains occupées ailleurs ?

tom-wlaschiha-tomwlaschihafan-tumblr-com-1

Tom Wlaschiha, 40 ans, que vous reconnaitrez sûrement mieux une fois coiffé de sa perruque de Game Of thrones.

 

tom-wlaschiha-9

A part Jaqen, il est aussi doubleur, comédien de théâtre et a joué, comme tous les jeunes premiers allemands, dans des films sur la seconde guerre mondiale. Beaucoup. Trop. On va pas les citer hein, c’est presque tous les mêmes. Oh et il a joué dans Munich aussi. Parce qu’il est Allemand. Et que tous les jeunes premiers allemands ont joué dans Munich. Nan mais si on vous dit que lui il vaut le détour vous pouvez nous faire confiance, non ?

Alors retrouvez-le dans Mr Turner (film de Mike Leigh sur le peintre) où il jouera un Prince. Ouais. Rien que ça. Mais qui s’appelle Albert. (Alors non, pas celui de Monaco, celui que la reine Victoria a fini par épouser).

 LE film de l’hormone, celui qui a NOTRE palme (elle vaut ce qu’elle vaut, mais au moins le film ne repartira pas les mains vides), c’est Sils Maria d’Olivier Assayas (le bon goût de la France, c’est bien connu).

Parce qu’à l’affiche il n’y aura non pas une révélation mais deux, et tous deux blonds comme les blés.

Le premier est Johnny Flynn, 29 ans :

Johnny Flynn

Multi-talent, cet anglais est pour l’instant plus connu pour sa musique que son actorat… m’est avis qu’avec un visage pareil, le 7ème art ne va plus le laisser partir.

Oh et il aime Shakespeare et Yeats. Rien que ça. Un cerveau derrière la mèche, manquait plus que ça.

johnny-flynn-and-burberry-single-breasted-raglan-trench-coat-gallery

Le dernier, l’outsider, celui sur qui on n’aurait pas parié si on s’en était résumé à son rôle dans Mysterious Skin aux côtés de Joe Gordon-Levitt, c’est Brady Corbet.

Brady-Flaunt

Présent lui aussi dans le dernier Assayas, il doublonne en étant également au casting de Saint-Laurent.

26 ans, une filmo longue comme mes deux bras mis bout à bout, une bouille à la fois carré et ronde qu’on ne comprend pas mais qu’on accepte volontiers quand même, des yeux bleu ciel et une bouche parfaitement dessinée.

Moi je dis qu’il peut perdre son « y » et devenir le prochain « Brad » tout court.

20120103_1325612853_22195-image

Bien sûr, et comme toujours, notre série d’articles est loin d’être exhaustive, si vous avez repéré des oublis de notre part : réparez les en commentaire, photos à l’appui (parce que le partage, c’est bien).

On vous dit à l’année prochaine ! (pour le festival hein, pas pour le prochain article)

(quoi que…)


Sous l’hormone, la palme [Part II]

Vous pensiez que je ne ferai que survoler Cannes cette année ? Que nenni. Il y a bien trop à couvrir pour se limiter au jury et à Ryan Gosling (oui, je viens bien d’écrire « se limiter à Ryan Gosling »)(voyez l’étendue de mon ambition).

Cannes va être envahie d’hormone, je ne sais pas comment nous allons survivre ce joli mois de mai mes amis. Accrochez-vous à votre téléviseur car voici venir, dans un film qui promet d’être le plus hormonal de la quinzaine, une triade capitoline des plus folles :

600full-gaspard-ulliel

395528-jeremie-renier

tumblr_inline_mmtmciOAwd1rgg7rk

Gaspard Ulliel / Jérémie Rénier / Louis Garrel

Ouais.

Ils incarneront le triangle amoureux au coeur du deuxième film de l’année centré sur Yves Saint-Laurent. Celui de Bertrand Bonello.

C’est un peu le United colours of Benetton de l’hormone : un chatain, un blond et un brun, on mixe ça et on obtiendra sûrement un résultat qui nous scotchera la rétine.

Bon sinon, je ne vous cache pas qu’outre Louis Garrel, il y aura les autres piliers de bar, ceux qu’on nous ressort tous les ans – je pense qu’ils les enferment directement en smoking sous film plastique et qu’ils les décongèlent pour l’occasion.

J’ai nommé :

646

Mais aussi : Xavier Dolan

tumblr_lp5fhb4ATF1qz8679o1_500

Comme la catégorie « trio masculin de l’hormone » était déjà bien trustée par nos amis du début de l’article, à Hollywood, il a fallu innover pour rivaliser. C’est ainsi qu’ils ont opté pour la formule classique – mais efficace : 1 + 1 = ❤

 Ce sera donc un combat de l’hormone acharné entre :

Ryan Reynolds & Scott Speedman dans Captives, thriller canadien de Atom Egoyan

 ryan-reynolds-13

Scott-Speedman

Et… Channing Tatum & Mark Ruffalo dans Foxcatcher, drame américain de Bennett Miller.

1832_13669838951

315a522a80dea2f97f6767629483d864_large

Restez accrochés à vos sièges en velours rouge car il reste un article à l’horizon, un article plein de jeunes premiers et autres petites pépites de l’hormone. Ceux sur lesquels vous allez bloquer devant votre écran en vous disant « mais qui est-il, ô blog de l’hormone et pourquoi n’en parles-tu donc pas ?! » – patience.

Plus qu’une semaine à attendre !

 


Sous l’hormone, la palme [Part I]

J’étais entrain de défricher une jungle de l’hormone, à l’autre bout du globe, quand mon téléphone satellite a rugi. C’était un de mes informateurs implanté dans le sud de la France qui me lançait de manière un brin stressante « CODE ROUGE REDCODE ROT KODE checke ce lien ».

Il s’agissait de la présentation du jury du prochain festival de Cannes, s’ouvrant le 14 mai prochain. Après un seul coup d’oeil, je lâchais tout et prenais le premier deltaplanne direction la croisette.

Me voici donc, fraîche et dispose et prête à commenter cette brochette d’hormone que le 7 ème art a si bien su enfiler.

(Je ne suis pas sûre sûre d’assumer cette dernière phrase, dans le doute faites comme ci vous ne l’aviez pas lue.)

Jane Campion a donc fait la parité : 4 hommes/4 femmes. Et si ces demoiselles (Carole Bouquet, Sofia Coppola, Leila Hatami, Do-Yeon Jeon – rien que ça) offrent une vitrine plutôt rutilante au jury des longs métrages, prenons 5 minutes pour examiner les membres masculins de ce dit jury – et remercier le dieu de l’hormone en joignant tous nos mains.

Pour nos amis aimant le vintage, la ride pleine de charme et les dents en abondance, Jane a sélectionné Mister William Dafoe.

Dafoe w

Représenter l’hormone à 58 ans, c’est un peu émouvant.

Enfin moi, je trouve.

Mais place aux jeunes (on ne se refait pas).

Mesdames, messieurs, voici le meilleur ami de Ryan Gosling (cette appellation d’origine contrôlée devrait d’ailleurs se suffire à elle-même) :

drive-de-nicolas-winding-refn-10454620pmyle

Nicolas Winding Refn.

A 43 ans et sans lunettes, le réalisateur de Drive tient la dragée haute à ces dames.

A 43 ans également, Jia Zhangke représente la chine en sweat-shirt/blouson de cuir/coupe Beatles.

JiaZhangke

Tranquille.

Mais, et c’est là que mon coeur a décroché, m’a fait faux bond et s’est jeté depuis la promenade des anglais dans la méditerranée :

gael-low1f

Gael « Graouuuu » Garcia Bernal* que Cannes m’avait fait découvrir il y a tout juste dix ans lorsqu’il était venu défendre La Mauvaise éducation de Pédro Almodovar.

Gael est une institution de l’hormone, de la jeune du Che à un travesti en passant par tous les films d’Inarritu (ou presque, on n’a pas compté), il nous a toujours convaincu, à la fois sur le dehors et le dedans.

Si l’Hormone était une religion, Gael serait son prophète.

*Mic drop*

Non, en fait j’ai pas fini, donc restez assis.

Le film d’ouverture sera Grace de Monaco réalisé par Olivier Dahan et marquera le retour d’un rescapé des tréfonds de l’hormone, j’ai nommé le « Matthew Goode du pauvre » :

milo-ventimiglia--large-msg-133004403268

Milo « mais siiii le mec de Heroes, lààà » Ventimiglia.

Et last but not least : il est à noter la présence comme réalisateur dans la catégorie « Un certain regard » d’un visage familier de l’hormone, un type sympa dont on aime bien parler de temps en temps, parce que le pauvre bichon, il n’est pas assez mis en lumière :

27842-Ryan-Gosling

Ryan « The King » Gosling

Ca s’appellera Lost river et ça sera son premier film. On ne l’a pas vu mais on lui donne d’ores et déjà notre voix.

La confiance aveugle, ça s’appelle.

*(Alors je sais que tu tiques, toi le lecteur qui a un peu regardé les actualités récemment mais le vieil écrivain mort c’est Ga(bri)el Garcia Marquez)

 


Emergency Hormone

La série Urgences (E.R) a eu 15 saisons, a fait découvrir au monde le futur Mister Nespresso et on la réduit souvent à cela.

ecb9a4c93650d99a394f37bae5e4b91e_large

…alors que bon, il y avait Goran Visnijc aussi, ce qui n’est pas rien.

goran_visnjic_03

Mais souvenez-vous, il y avait tout plein d’autres personnages secondaires bourrés d’hormone mais… injustement passés inaperçus. Hormone INC se dévoue donc pour réparer une erreur de l’histoire. Le devoir de mémoire, toussa toussa.

images

D’ailleurs qui se rappelle que le très sexy Glenn Howerton a joué un des internes de la saison 10, Nick « Coop » Cooper ?

Glenn_Howerton_(5984097043)

Vous le connaissez sans doute mieux pour son rôle dans It’s always funny in Philadelphia ou, plus récemment, dans The Mindy Project.

Mon amour d’adolescence, Shane West, a le rôle composé par le plus sadique des scénaristes hollywoodien. Ray Barnett, ou le chat noir magnifique. Celui pour qui rien n’ira jamais bien, parce qu’un type frustré l’a écrit ainsi.

265391

Shane connait, heureusement, un revival grâce à un rôle principal dans la série Nikita (qui n’est pas si mauvaise qu’on pourrait le croire, comme ça, au premier abord).

Avec 70 épisodes au compteur, il reste un personnage marquant, mais peut-être moins que celui de John Stamos (qui apparaît pourtant « seulement » dans 65 épisodes), lançant la mode du FILF en débarquant dans le rôle de l’ambulancier Tony Gates.

L’Oncle Jesse de La Fête à la maison (Full House) a bien grisonné et nous fait d’autant plus ronronner.

John-Stamos-image-john-stamos-36402156-1934-2592

Perso, j’ai toujours eu un faible pour David Lyons, l’australien aux yeux bleu lagon interprétant Simon Brenner, le womanizer sans vergogne cachant un petit coeur tout mou (l’équivalent de la recette du gâteau au yaourt pour l’hormone dans une oeuvre de fiction).

david-lyons

david-lyons-bientot-sur-la-nbc-image-218557-article-ajust_930

On a pu le voir dans le (très mauvais) Revolution. Mais on a pu le voir. Donc c’est bien.

David-in-the-Cape-david-lyons-34230139-800-446
 Puisqu’il n’y a pas que les docteurs dans la vie, je vous propose de vous remmémorer la présence solaire, en 2005, d’Eion Bailey en tant que Jake Scanlon, petit ami du Dr Abby Lockheart pour 10 épisodes.

7545

[Eion est sûrement un des piliers de l’hormone contemporaine les plus sous-estimé, nous misons très sérieusement sur la discrimination prénominale comme cause de ce first world problem]

Le mec est quand même passé par la première saison de Buffy, dans Fight Club, et même Almost Famous, mais tout le monde se souvient de lui pour son rôle de petit pantin dans Once Upon a time. VDM.

Qui ? QUI ? QUIIII saura me dire quel rôle tenait ce génie qu’est John Leguizamo dans la série, hum ?

john-leguizamo

Et bien le so-trash complètement destroy Victor Clemente. Sexe, drogue & 12 épisodes.

er-john-leguizamo4

Pour conclure, je ne saurais que trop vous conseiller de vous lancer dans une intégrale de la série (quoi, vous avez bien un an à tuer non ?) car beaucoup d’acteurs ultra connus aujourd’hui ont débuté dans la série, parfois tout minots (Shia Labeouf, Anton Yelchin, entre autres). C’est comme un paquet de kinder surprise où il y aurait plus de 800 oeufs.

Je vous jure.

Allez, NFS-chimie-Yono, à bientôt !