Archives de Tag: Anthony Dupray

Il a les yeux revolvers

[Je n’ai qu’à moitié honte de mon titre]

La rédaction de l’hormone n’a malheureusement pas les moyens de m’envoyer tous les week end en mission reportage dans les capitales européennes, cet article sera donc beaucoup moins dépaysant que le précédent.

Nous nous étions arrêtés à AC (Aurélien Cotentin), il me fallait donc un AD. J’ai eu beau me creuser la cervelle, rien ne vint. J’ai donc une fois de plus fait appel à Google, checké tous les prénoms masculins commençant par la lettre A dans mes friends facebook et hop hop hop la recherche : «Alceste D………» « Alexandre D…… » « Alexis D……… » « Antonin D………… ».

Ce fût long. Fastidieux. Et sans grande révélation.

Jusqu’à :

ANTONY DUPRAY !!

Remember Premiers Baisers et Les années Fac ! La fine fleur d’AB Production ! Le compère de Christophe « Un amour de vacances » Rippert !

Le mec a quand même joué dans Navarro au côté de Filip « Paix à son âme » Nikolic ! Ah non mais je vous le dit, on vous a promis du beau gosse, vous en aurez pour votre argent !

Oui bon d’accord. Les blagues les plus courtes sont les meilleures.

Comme je suis un peu monomaniaque je vais tout de même continuer à vous faire chier avec les initiales des mecs dont je parle.

Aujourd’hui : GUILLAUME GOUIX !! Qui a quasiment les plus cools du monde : GOOD GAME !!

 

J’ai eu beau chercher, impossible de retrouver le film ou téléfilm dans lequel j’ai vu Guillaume Gouix pour la première fois. Mais depuis le début de l’année 2011, je peux vous dire qu’il m’a crevé les yeux grâce aux siens dans Poupoupidou de Gérald Hustache-Matthieu, Midnight in Paris de Woody Allen et surtout Jimmy Rivière de Teddy Lussi-Modeste.

Il est ce que l’on appelle un acteur à l’énergie animale, à la présence clairement hormonale, au jeu vital, sans compromission, un acteur physique. Il incarne. Entièrement. Sublimement. Intensément.

Et il semblerait que je ne sois pas la seule à m’en être rendu compte vu sa filmographie qui grandit à vue d’œil et les critiques dithyrambiques qui pleuvent.

Bien sûr, je ne peux évoquer Guillaume Gouix sans écrire une ligne sur ses yeux. Non mais SES YEUX ! C’est possible cette couleur sans déconner !?

 

Chipoteurz gonna chipotate : « Moui. Trop petit. » Auxquels je répondrais par quatre affirmations pleines de bon sens (SI) :

  1. On ne vous a jamais dit que ce qui comptait c’était la qualité et pas la quantité !?
  2. La bonne taille c’est quand les pieds touchent terre
  3. Tout ce qui est petit est joli
  4. A l’horizontale, peu importe la taille

Si vous n’êtes pas convaincu(e)s tant mieux ça en fera plus pour les autres, rien ne vaut la vidéo.