Archives de Tag: Billy Crudup

Yes we Cannes [Part III]

Ils sont tout nouveaux, ils sont tout beaux, et à part si j’ai pas fait gaffe à ce que j’écrivais, il n’ont jamais encore pointé leur minois sur ce blog…

Ce sont …les jeunes premiers de Cannes.

Commençons par le moins-moins-connu (si, relisez, c’est très clair), Anton Yelchin, qui est très joli depuis environ deux films et demi, même si ça fait longtemps qu’il tourne beaucoup.

tumblr_mhvjq6Cz1C1qhtoi0o1_500

Il nous fera le plaisir immense d’apparaître dans Only Lovers Left Alive son deuxième film de vampires, après le jouissif Fright night.

www.indiewire.com

Jeroen Perceval – qui est pas loin d’avoir le nom le plus cool du monde – représentera la Belgique (enfin la partie qui parle bizarre-pas-comme-nous) dans Borgman de Alex VAN WARMERDAM

600full-jeroen-perceval

Lucas Prisor, ce blond-roux de nationalité Allemande jouera presque à coup sûr un nazi un jour dans sa vie, mais, en attendant, c’est dans Jeune & Jolie de François « écris nous un article de l’hormone en guest STP » Ozon qu’il joue :

lucas prisor

378428_1

Cocorico, on y arrive, oui il y a UN français dans ma sélection, et pas des moindres, mesdames, mesdemoiselles, messieurs, Jeremie Laheurte :

331081_9ElleAR_June10_JeremieLaheurte_Ph_NicolasValois_03

Mannequin/acteur (ceux qu’on préfère) joue dans La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche où, je suis prête à le parier, il roulera des pelles à Léa Seydoux.

Guillaume Canet et James Franco passeront, eux, de l’autre côté de la barrière, et seront présents avant tout comme réalisateurs et femme de

GC

[Blood Ties, hors compétition, compilera ET Clive Owen ET Billy Crudup : bien ouéj guigui !]

James-FRANCO

[James « Djizouss » Franco, lui, sera en compétition de la sélection Un certain regard avec As I lay dying, qui promet une grosse marade]

Voilà, il y en aura sans doute plein d’autres, restez devant vos écrans, ne sortez surtout pas profiter du soleil. Lancez-moi à la figure les noms de ceux que j’aurais oublié dans mon non-exhaustisme tout puissant et on se retrouve l’année prochaine avec 8 articles, 36 brèves et 9000 critiques en direct du Martinez.

Tope là ?


Top 5 des films de l’hormone – et QUE pour l’hormone

Sans le vouloir, ma consoeur Vikler et moi nous séparons toujours les tâches de la façon qui suit : la culture franco-françaaaaise pour elle et la culture des restes du monde pour moi.

Ce n’est donc pas étonnant que (sans se concerter !) nos classements respectent cette règle.

Alors voici mon classement à moi des films que je regarde à 99% pour l’hormone et à 1% pour l’éclairage chamarré, le scénario ciselé et les prises de vue élaborées.

Ma dernière découverte en date, Chasing Liberty – Esprit libre en VF – est une balade hormonale en Europe où l’on suit la fille du président des US (Mandy Moore) et celui qu’elle ignore être son garde du corps (Matthew « graou » Goode).

Humour, europop & baignage tout nu dans la Vlatva au programme.

Continuons dans l’univers pop mais basculons outre atlantique avec Coyote Ugly – Coyote girls en VF – qui parle bien entendu de la thématique profonde de filles qui dansent sur des bars.

Alors oui, c’est vachement plus hormonal pour les garçons ce film à première vue, mais c’était sans compter sur…

…la présence d’Adam Garcia.

LA scène de l’hormone ? Celle où Kevin/Adam Garcia se dépoile sur un bar en musique. Ne me remerciez pas.

Mon film historique de l’hormone est incontestablement Stage Beauty avec Claire Danes et Billy « OMG » Crudup.

L’histoire de Ned Kynaston dernier acteur jouant des rôles féminins avant que les actrices soient autorisées à entrer en scène.

De l’hormone bisexuelle, de l’hormone trav’, mais de l’hormone classe avec robes à froufrou, mouche sur la joue et poudre un peu partout.

Des films de l’hormone fantastiques j’aurais pu vous en citer des pléthores mais s’il ne devait en rester qu’un…

Ce serait Queen of the damned – La reine des damnés. Adaptation très (trop) libre du livre éponyme d’Anne Rice avec la merveilleuse Aaliyah et le très glabre Stuart Townsend dans le rôle du vampire Lestat.

Point culminant de l’hormone ? Cette scène :

Et enfin, le film que je me suis le plus de fois passé sur mon lecteur DVD d’1 mètre par 2, dans ma chambre de lycéenne…

Vous l’avez ?

Cruel intentions, sorti en 1999, est une version moderne et ado des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. Ce film est tellement hormonal que Ryan Phillippe et Reese Witherspoon se sont mariés dans la foulée.

On se souviendra longtemps de la B.O de ce film (Blur, Placebo, Marcy Playground…) mais aussi de cette scène :

Les vrais savent.