Archives de Tag: Blonds

Hormone en série : faisons notre marché dans la rentrée US 2011

La rentrée des séries américaines cette année a été un peu faiblarde, aussi me suis-je penchée sur la question : oui mais est-ce que le physique des acteurs rattrape le manque d’innovation ambiant ?

Voici quelques éléments de réponse.

La série la plus choc de la rentrée semble être american horror story : une famille en crise s’installe dans un manoir californien hanté, s’en suivent des épisodes avec du cuir, de la moustache, des bébés dans du formol mais surtout :

Hellooo Dylan McDermott en psy ramant pour rabibocher sa famille

Et pour les amateurs de chair fraîche :

Evan Peters. Jeune garçon très perturbé (et on en dira pas plus).

Si les revenants c’est pas trop votre came, je vous propose le soleil de l’Alabama et le harem de Rachel Bilson dans Hart of Dixie :

Le chatoyant Wilson Bethel…

…existe aussi en version « sans chemise ».

Et Jason Street Scott Porter :

(qui existe donc en version sans chaise roulante)

J’ai entendu l’appel des amateurs d’uniformes et c’est pourquoi je vais m’attarder sur Pan Am et son captain speaking :

Le sémillant Mike Vogel

Existe aussi avec des yeux.

Epouvante, humour, drama, bruns, blonds : vous en avez pour tous les goûts. Ceci n’étant qu’une sélection superficielle n’hésitez pas à nous faire part en commentaire de vos chouchous de l’hormone des séries de cette rentrée ou de celle à venir (aka les séries débutant en début d’année).


Stockholmanie : l’hormone au pays des blonds

Il y a des gens qui partent en safari au Kenya, moi, Heights Johnson, je pars en Suédoisie prendre en photo des blonds.

Oui des BLONDS. J’en ai marre qu’on me parle de châtains clairs. Moi je parle de ça :

Je m’attendais donc, en allant passer 4 jours à Stockholm à croiser ça à chaque coin de rues :

Mais, bien vite, en posant pied à Arlanda Airport, j’ai réalisé que la vérité était ailleurs.

Il n’y a qu’à voir leur prince, Carl Philip, pour réaliser que le métissage a fait des siennes un peu partout et que les blonds sont maintenant chose rare.

[Carl Philip n’est pas l’héritier – c’est sa soeur – mais il est le sosie d’Orlando Bloom, et c’est déjà pas  mal]

Bon, il y a quand même deux trois suédois connus qui font perdurer le mythe du viking :

[Peter von Poehl, par exemple]

[ou Ziggy, du groupe Puggy]

J’ai tout de même réussi à vous en dégotter quelques uns et ce grâce à l’aide de Silecee et son siouper reflex Canon 550D qui fonctionne mieux que mon compact surtout dans l’obscurité. Car, oui, la nuit tombe à 16h30 environ à cette époque de l’année.

Je me suis donc battue contre les éléments, contre la mixité des gènes et contre l’envie que j’avais de les garder tous pour moi.

Mais c’était très difficile : le suédois marche très vite, il est tout le temps pressé, ou alors c’est sa technique pour ne pas avoir froid, je sais pas. Du coup on s’est rabattues sur la relève de la garde.

[ça c’est pour les amatrices/teurs d’uniformes]

[ça c’est pour les amatrices/teurs de rouquins et de barbus, ou de rouquins barbus]

Et le suivant, c’est notre chouchou, s’il n’était pas dans l’armée je ne jurerai pas qu’il soit majeur, sosie de Finn dans Glee (mais en mieux), nous avons réussi à le faire sourire pour obtenir ce cliché :

Je vous ai même trouvé un COQ blond :

Le suédois a le même problème que moi : quand il est impassible on dirait qu’il fait la gueule.

Le suédois a un autre GROS problème, c’est que grâce à son état-providence, il est souvent accompagné d’une ribambelle de mini-blonds et accessoirisé d’une poussette :

Enfin, pour que l’expérience soit complète prenez n’importe lequel de ces mâles (sauf le coq) et imaginez vous à son bras devant cet authentique coucher de soleil qui tue sa race :