Archives de Tag: Bob Dylan

Jacques Bestiole

Ou Jake Bugg pour les puristes.

Jake-Bugg-artist-photo-2-620x420

C’est tout simplement l’enfant d’amour de Bob Dylan et Johnny Cash pour les uns, mais, pour l’hormone, ce serait avant tout le fruit d’une nuit très très chaude entre Miles Kane et Alex Turner qui auraient enfin conclu.
c059f0d8-8289-4482-9d37-4dc2c3973566sexy man list

…ou le frère caché de Vincent Glad, on hésite encore.

jake-bugg-364423

Mais Jake c’est avant tout le mec qui a su enchaîner chanson sur chanson au Trianon sans jamais ni sourire, ni baisser en qualité. Un cran au dessus du plus guitare-voix de tous nos minots guitare-voix. Une claque. Un mini Gallagher sans deuxième égo qui gâche tout. Un post-ado à mèche crédible.

jake-bugg-2

Car oui, Jake est né 1 jour avant le Bieber et ça fait, croyez-moi, toute la différence.

jake-bugg3
En querelle quasi-permanente avec les fans des One-D, notre ami Jake possède aussi le patronyme du loup-garou de Twilight, car oui, Jacob « Jake » Edwin Kennedy.
nous-on-adore-jake-bugg


tumblr_mjhuwmxfjs1s6zjr4o1_500

S’il ne meurt pas de la drogue, d’un cœur brisé ou étouffé dans son vomi (comme Hendrix, son idole), Jake risque bien d’être le nouveau roi de l’outre-manche. Si ses paroles sont un peu monomaniaques sur l’amour perdu (sauf Broken, qui, du coup, fait froid dans le dos) et qu’on se demande bien qui a bien pu le faire souffrir comme ça, (c’te pute qu’on-va-la-marave-viens-là-mon-petit-chou-et-essuie-moi-ces-larmes-avec-ton-doudou) c’est bien la seule minuscule critique qu’on pourrait bien lui faire.

tumblr_mjifnqd5vC1rk4apzo1_500

Le seul défaut de Jake fait partie de son personnage : trop de sérieux, trop de « drink to remember, smoke to forget », je suis sortie de son concert en me demandant sur quel sujet il allait bien pouvoir chanter à 40 ans… Je n’avais plus ressenti cette impression de « vieille âme » dans un corps jeune un-peu-trop-étriqué-pour-la-contenir depuis Amy Winehouse (dont, pour plein de raisons, je n’étais pourtant pas une grande fan).

tumblr_mjig75JaQh1rk4apzo1_250

Je vous laisse sur le dernier clip en date – et sûrement une des chansons de mon été à venir – qui fera plaisir aux fans de Being Human UK :


Qute as hell

Mais non mon petit lecteur, je n’ai pas fait de faute dans le titre. Tu as bien lu. Et pourquoi cela ? Parce qu’aujourd’hui, on va parler de la véritable hormone du dernier James Bond, Skyfall, et ça n’est ni Daniel Craig, ni Ralph Fiennes.

C’est lui, Ben Whishaw, et il joue, bien entendu, le rôle de Q.

Un Q. relooké en un mélange de Cillian Murphy dans Time Out et de Cillian Murphy dans Batman, un Q hipster, un Q cute. Un Q HOR-MO-NAL. Enfin. Mais qui est-il, que fait-il, d’où vient-il ? Hey beh je vous dirais que ça fait bien longtemps que son hormone est entrée dans les radars de notre blog, mais, bizarrement, il n’est jamais apparu avant. Peut-être parce que ses rôles étaient loin d’être grand public – et que dans son seul rôle grand public il était plutôt vilain.

Jean-Baptiste Grenouille dans l’adaptation du Parfum de Süskind. Mais Ben était aussi John Keats dans Bright Star 

Et Sebastian Flyte dans Brideshead Revisited aux côtés de Matthew Goode (acteur ô combien hormonal puisque présent dans mon TOP 5 de l’année dernière)

Dans le rôle d’un jeune aristo gay as fuck, il était tellement crédible que des rumeurs sont parties dans tous les sens concernant sa sexualité, rumeurs auxquelles il a toujours répondu avec talent en s’enroulant dans le châle de sa vie privé. Donc : oui ou non ? Gros mystère, et tant mieux, car on peut toujours se l’imaginer 100% hétéro (ou pas)(comme il vous plaira).

Ben est donc un acteur littéraire (et à bretelles), ce qui n’est pas pour me déplaire. Et à la critique non plus d’ailleurs.

Véritable caméléon (il se ressemble sans se ressembler dans la plupart de ses films, vous voyez ?), il a fait partie des Bob Dylan dans I’m not there et a trouvé le temps d’être acclamé pour son incarnation d’Hamlet sur la scène britannique.

Ben Whishaw c’est aussi des cheveux qui peuvent tout faire et prendre toutes les formes, des yeux bleu-verts qui peuvent tout dire dans toutes les langues, un nez cabossé par la vie et une bouche vermeille qui donne envie de… l’écouter déclamer pendant des heures du Shakespeare. Comme dans l’adaptation de La tempête par Julie Taymor :

 

[En Ariel] Petit détail supplémentaire non négligeable, Ben est livré avec son frère jumeau, le tout aussi ravissant James Whishaw

[Celui qui n’est ni Ben, ni une femme sur la photo] Je ne sais pas vous, mais moi, ça me donne envie de passer noël avec eux.

Ou de l’adopter. PS : Ben est aussi admirable en Richard II dans l’adaptation de l’Henriad de Shakespeare pour BBC2 The Hollow Crown que je vous recommande chaudement (et aussi parce que Tom Hiddleston prend son relais comme prince puis roi d’Angleterre dans les épisodes 2, 3 & 4 et que c’est de l’hormone en barre).