Archives de Tag: Broadway

League of extraordinary dreadful hormone

Vous aviez kiffé LXG – l’adaptation du comics La Ligue des Gentlemen extraordinaires ?

 

Alors vous allez vous régaler devant Penny Dreadful, série gothique et poisseuse où se croisent plein de nouveaux (et quelques anciens) minois qui vous raviront les mirettes.

20140509HOPennyDreadful2-1

La tête d’affiche est partagée par Eva Green et Timothy Dalton.

"Penny Dreadful" Series World Premiere

Clâsse.Timothy-Dalton-Penny-Dreadful

[Timothy est un ancien James Bond et, ici, une resucée d’Alan Quatermain qui aurait fusionné avec Abraham Van Helsing]

Ces deux monstres de charme et d’allure sont suivis de très près par un outsider qui avait disparu de nos radars depuis une dizaine d’années, le revenant Josh Hartnett :

10311762_10152507799238132_8875079136794300400_n

www.indiewire.com

Vous l’aurez compris il s’agit d’un mash-up des créatures littéraires les plus populaires, le tout avec beaucoup de sang et de sexe, parce qu’il faut bien vivre.

Si ça ne suffit pas à vous convaincre de vous mettre devant votre petit écran, alors voyez-donc ce qui suit.

 

Frankenstein n’est pas le nom de la créature, mais du scientifique qui l’a « mis au monde ». Et il a un prénom : Victor. Et il a désormais un visage, celui d’Harry Treadaway.

600full-harry-treadaway

Etrange et glaçant mais aussi profondément fascinant et hypnotique, ce savant fou dont on suit les aventures peu glam’ n’a pas peur de mettre les mains dans le cambouis et ce avec un entrain qu’on n’aurait pas prédit.

MV5BMTM0NjM4NTY5OV5BMl5BanBnXkFtZTcwMzU4NDc0Nw@@._V1_SX640_SY720_

[Un mélange réussi – et c’était pas gagné – de Russell Tovey et de Alfie Allen]

Bien sûr, quand on annonce la présence de Dorian Gray, c’est une autre affaire. On s’attend à un dieu de l’hormone. A un pic, à une péninsule, que dis-je, à un jeune premier ayant la profondeur d’un acteur oscarisé pour la 4ème fois.

On s’attend donc à être déçu, comme avec la prestation du pourtant sublime Stuart Townsend dans LXG, justement.

Et bien, perso, je ne l’ai pas été.

Episode 102

Je n’aurais jamais casté Reeve Carney dans ce rôle à première vue, et j’aurais eu tort.

Reeve-Carney2

Celui qui est un petit chouchou de Broadway où il roule des pelles à l’envers comme personne, se révèle être une bombe sensuelle dans ce rôle.

reeve-carney-spiderman-kiss_650_20130430

Avec cette dose de mammouth de charme mêlée à une perversité sous-jacente qui fait de Dorian le personnage le plus moderne de toute la littérature anglo-saxonne.

Et puis quand on voit à quel niveau d’hormone se situent les personnages de second plan…

Robert Nairne - Vampire

[Robert Nairne joue le(s) vampire(s) – je voudrais bien vous expliquer pourquoi, mais pour cela je devrais vous spoiler]

 

Gavin Fowler - Simon

[Gavin Fowler joue le rôle de Simon, figurant pour l’instant mais appelé à au moins une ou deux apparitions plus conséquentes]

…il n’est même plus question de résister.


Boys in Girls

Tous les gens qui fréquentent un temps soit peu les Internets ont entendu parler de la série Girls. On l’aime, on la déteste, mais ce qu’on retient surtout ce sont ses actrices. Nues, habillées, hystériques, on vous parlera de Lena Dunham et de ses copines mais il y a fort à parier que personne ne mentionne leurs faire-valoir de prime abord.

Je veux bien sûr parler DES GARCONS DANS GIRLS.

a.k.a

LES GARCONS DANS LES FILLES.

Réparons la première injustice : Adam Driver est tout aussi à poil que le personnage de Hannah et sans lui, je n’aurais pas tenu la première saison en entier. Je l’ai détesté profondément jusqu’au dernier épisode. Je l’ai détesté parce qu’il était sans doute un peu trop réaliste, et ce dernier épisode m’a presque redonné foi en la gent masculine (presque).

tumblr_mcf2liWlkD1qa42jro1_1280

[Rendons hommage aux aisselles d’Adam également, ça nous évitera de nous concentrer sur ses oreilles gigantesques]

Dans le rôle du petit ami idéal qui suit la courbe inverse du personnage d’Adam, je vous présente Christopher Abbott.

img-chris-abbott-4_17272599049.jpg_v_thumb
tumblr_mdasliUrUe1rchuwao1_500

[Alors, il vous hameçonne ?][Vous l’avez ?]

Pour être tout à fait représentatifs, ils avaient besoin de la caution gay de service et ils ont eu l’idée de génie de faire appel à Andrew Rannells. Andrew, vous le connaissez d’ici  ou bien de broadway, si vous êtes des gens bien, ou encore par le fait qu’il ait failli faire partie de mon Top5 de cette année (sisi)…

tumblr_m8m3w6S8941rbj2jro1_500

[Andrew joue Elijah et vaut le coup de poursuivre en saison 2 juste pour avoir un aperçu de son admirable postérieur]

Attaquée durant l’été par des lobbys afro-américains, Lena a dit « ok, la saison prochaine je serais encore toute nue mais avec un noir », et Donald Glover arriva dans toute sa sexitude.

donald-glover-no-shirt

Apparemment Lena a pour but de se retrouver toute nue avec tous les genres de garçon existants sur la planète, un objectif, en soit, que le blog de l’hormone approuve, c’est pour ça que, au beau milieu de la saison 1, elle a pris le temps de quand même se taper un blond, histoire de.


tumblr_m67f34xJ7t1qzsuffo1_500

[Lou Taylor Pucci, avec qui j’ai une longue histoire hormonale]

Alors même si Mrs Girl m’a plus d’une fois prise par les sentiments avec ses choix de casting, j’avoue que, bizarrement, le personnage qui m’a le plus réveillé l’hormone fut celui de Booth, l’artiste hipster imbu de lui-même, joué par Jorma Taccone, merveille révélée par le Saturday night live.

Jorma-Taccone-the-lonely-island-5010258-460-572

Alors pour fêter ça, un petit bonus qui n’a rien à voir :

[Mais qui reste profondément ancrée dans le thème, n’est-ce pas ?]


Modern Family

The New Normal est la nouvelle création de Ryan Murphy (Nip/Tuck, Glee…), on pouvait donc s’attendre au meilleur comme au pire mais, on savait que, forcément, niveau hormone, ça allait cartonner.

L’histoire, vite fait, Andrew Rannells et Justin Bartha sont en couple depuis un bail et décident de se trouver une mère porteuse pour enfin avoir un rejeton, c’est alors qu’ils tombent sur la blonde Goldie (Georgia King) qui s’est enfuie de son foyer déstructuré après avoir surpris son mec dans les bras d’une autre.

La série pourrait être anecdotique si elle n’était pas portée par l’excellent Andrew Rannells, qui nous vient tout droit de broadway (et plus particulièrement de The Book of Mormon pour lequel il a décroché une nomination aux Tony en 2011 et un grammy la même année) et plus connu en France pour son rôle d’Elijah dans Girls (l’ex (déjà) gay de Lena Dunham).

Le garçon dispose d’un charme magnétique assez impressionnant, voyez plutôt :

[Texte de Trey Parker et Matt Stone (oui oui les créateurs de South Park) et musique originale de Robert Lopez (oui, le compositeur d’Avenue Q)]

…et l’inaliénable Justin Bartha, célibattant le plus courtisé d’Hollywood, 32 dents fantastiquement blanches et 2 yeux bleus à se faire damner un saint.

Vous l’avez certainement vu dans The Hangover.


Et en bonus, Jayson Blair, dans un second rôle très très torse nu

Le format de la série est de 22 minutes et 4 excellents épisodes sont d’ores et déjà disponibles sur les Internets près de chez vous !

Hallelujah.


Homecoming

Hello les hormones boys & girls ! Je sais que vous n’attendiez que moi, et que mon retour va redéfinir la base de notre calendrier, mais je tenais à quand même remercier publiquement Vikler pour le travail de badass qu’elle a abattu pendant ma longue absence !

Alors New York. Et bah les seuls beaux mecs là bas étaient – sans surprise, mannequins ou européens ou les deux. Résultat, pas beaucoup de photos volées dans les rues, mais plutôt un guide d’où trouver de quoi se remplir les mirettes si vous faites une virée à Manhattan dans un avenir proche !

Tout d’abord, le point shopping : la valeur sûre, Abercrombie&Fitch et ses vendeurs tout nu vous combleront dans les nombreuses enseignes du nom, petit bonus : la filiale californienne Hollister est souvent à côté et, pour les nostalgiques d’Alerte à Malibu, les vendeurs y sont en tenue de plage. Toute l’année.

[Sur la 5th avenue, of course]

Ensuite, la détente : posez vous sur une des nombreuses pelouses entourant le lac de Central Park (un jour de beau temps) et vous risquez fort de croiser ça :

[A multiplier par 10 un peu partout sur le lac immense]

Intéressant non ?

Pour vous rincer l’œil, Times Square est sympa également, les publicités géantes vous entoureront de sexytude quasi assurément (pour avoir sa dose quand la pêche a été mauvaise).

[Selon les goûts]

Pour la culture : Ne prenez pas d’audioguide, mais un guide en chair et en os, et si vous passez à l’ONU, dites bonjour au petit Italien de ma part !

[La photo la moins râtée]

Pour la frime : n’hésitez pas à croiser, comme moi, au détour d’une rue, le charming Président Obama en vadrouille. Ca ne mange pas de pain, et, au retour, vous pourrez dire « savez pas qui j’ai vu ? » sans que personne ne vous réponde « ah ? connais pas. »

[reconstitution sans la voiture autour]

Pour l’entertainment :

Les comédies musicales ! Un classique. Broadway. Ses théâtres. Ses affiches. Ses vendeurs de saucisse. ET ses acteurs. De bien belles bêtes (fort souvent gay, mais on est ici pour admirer), voici les spécimens que j’ai pu, personnellement, approcher de près :

[Hugh Panaro, le Phantom du Phantom of the opera]

[Kyle Barisich, le Raoul du Phantom of the opera]

[Darren Bluestone* qui marionnette magnifiquement Rod et surtout Princeton dans Avenue Q]

Pour le sport : Le yankee stadium a un écran super grand qui permet – pendant les millions de temps mort – de mater allégrement.

[Lui, par exemple]

Pour la drague, pas de secret : achetez un chien. Ils en sont fous, et c’est le moyen le plus simple de sociabiliser. Ou parlez français, mais attention, vous avez 80% de chance de tomber sur un compatriote (surtout si vous trainez sur les rooftops en soirée).

Dernier conseil pour la route, si vous aimez les mecs stylés, aux bons goûts musicaux, mais pas les endroits huppés : trainez dans le lower east right, rue Clinton/Rivington (métro Essex & Delancey). Vous y croiserez des hipsters décomplexés, des babas branchés, des étudiants à la conversation haut de gamme (souvent des gens de Brooklyn, d’ailleurs) et des serveurs assez fascinants.

[Enfin, bon, des hipsters quoi…]

Je dois vous avouer que je n’étais pas dans les meilleures circonstances pour m’ouvrir à l’inconnu et que le seul garçon pour qui j’ai réellement flashé esthétiquement parlant était un jeune homme à la rue, avec sa maison sur son dos, sorte de Michael Pitt aux traits plus fins, que je n’ai, bien évidemment, pas pris en photo. L’hormone est partout.

[Michael Pitt, célui]

Oh, et ci-dessous, tout de suite, une tentative de drague totalement éhontée.

*Darren, just in case you google yourself (everybody does that) and you don’t speak french as admirably as you sing, don’t freak out : this is just an article listing talented & handsome young men in NYC. It’s free advertising and you’ll sure gain a french fandom pretty soon. Don’t thank me, just keep being awesome.