Archives de Tag: gay

Torchwood who?

Parfois, dans les bureaux du blog de l’hormone, il nous arrive de lire vos commentaires (nous avons su rester proches du peuple, que voulez-vous…). Parmi eux, souvent, on retrouve des effarouchements spontanés tels que « OH MON DIEU MAIS VOUS N’AVEZ PAS ENCORE PARLÉ DE CA ! », comme si vous oubliiez un peu vite la vocation non-lucrative et purement philanthrope de ce blog.

Non, nous ne sommes pas des encyclopédistes de la fesse ferme et du regard brillant. Loin de nous l’idée d’éditer une bible définitive sur ceux-qu’il-faut-regarder. Mais bon, quand ces reproches ont mentionné le mot « Torchwood », j’ai été faible, je l’avoue…

Puisqu’il y en a sûrement quelques-uns qui vont se demander « Torchwood who? » comme cet article si bien nommé l’annonce, voici une réponse rapide, atteignable en un scroll :

2502_cast_torchwood

[Torchwood, c’est eux]

Tout d’abord David Gareth-LLoyd, aka Ianto Jones le fringuant et toujours bien costumé agent d’accueil et homme à tout faire – bon, ok, surtout le café – de l’institut Torchwood de Cardiff.

468px-GarethDavidLloyd

Ianto sortait exclusivement avec des femmes et puis, un jour, il a croisé le chemin du dashing Jack Harkness.

Jack-Harkness-torchwood-18154742-1024-768

[Dashing n’est-il pas ?]

Jack, pansexuel convaincu, ne va pas tarder à prendre le petit Ianto sous son aile manteau de la seconde guerre mondiale.

TORCHWOOD-torchwood-7006702-1920-1200

john-barrowman

FWRO

[John a le même passe-temps que Jack : il ne vieillit quasiment pas]

John Barrowman reprend ici son rôle d’ex agent du temps, introduit dans Dr Who, où, déjà, il échangeait le premier baiser gay de la série.

Mais bon, on a dit « pansexuel » et donc il va falloir partager.

Le seul véritable rival durable à l’amour de Jack pour Ianto est sûrement John Hart, un ex-collègue agent du temps qui a le bon goût d’être interprété par James « YOU WILL ALWAYS BE SPIKE » Marsters.

kiss-kiss-bang-bang-20080125054948949

Torchwood - James Marsters as Captain John Hart - Adrian Rogers/BBC Worldwide

tw_downloads_s2_ep01_jack_john_kiss_1024

L’équipe de Torchwood est chargée d’enquête sur les phénomènes bizarres – c’est-à-dire généralement d’origine extraterrestre et d’enfouir tout ce bordel dans leurs bureaux sous-terrains afin que les humains continuent à se croire à peu près en sécurité. Et quand ils ne font pas ça, ils couchent tous ensemble.

Comme il ne peut pas QUE y avoir des histoires de fesse, il a bien fallu introduire un amant au personnage principal féminin.

Wait what?

Burn_Gorman

Bon ok, soyons clairs : dans Torchwood TOUT tourne autour des histoires de fesse.

Cet amant est donc le Docteur Owen Harper, joué par Burn Gorman (aussi vu, en moins sexy, dans Pacific Rim).

tumblr_mrppomAm6w1satrkso1_500

tumblr_inline_mqm2hsGjmD1qz4rgp

Il faut savoir que dans cette série, les gens passent pas mal de temps tout nus. Même au bureau.

Oh et les acteurs sont tellement investis dans la promo qu’ils n’hésitent pas à rejouer des scènes affectionnées par leurs fans :

torchwood1

tumblr_lo5xqxqaPr1qcc2o8o1_500

…ou même à en inventer.

C’est ce qu’on appelle du fanservice. Et ça marche à donf, vu que la série a réussi à survivre sur deux saisons durement acquises et parfaitement sublimes. D’ailleurs Torchwood n’a jamais été officiellement annulée. Ce qui veut dire qu’elle est un peu comme Jack, et qu’elle ne mourra sans doute jamais.

Ou alors dans très très très longtemps.

Guest-GarethDavidLloydVoilà, merci de m’avoir lue. N’hésitez pas à vous faire une intégrale combinée à celle de Dr Who pour apprécier les interconnections (trop rares, mais ne chipotons pas) et à vous munir de mouchoirs. Vous pourriez très bien trouver une double utilité à ces derniers.

Ahem.


Watch (the) out(s)!

Vous aimez les jolis garçons ? (oui, sinon il serait très maso pour vous de rester ici).

Vous aimez Brooklyn ? (c’est un petit quartier sympatoche de New York qui nous a apporté, entre autres… euh… juste les Hipsters en fait.)

Vous aimez les garçons qui aiment les garçons ? (Oui, bien sûr, puisque vous aimez votre prochain)

Et bien j’ai une (vieille) série pour vous.

The_Outs

The Outs est une minisérie crowdfundée (c’est à dire réalisée grâce aux sousous des internautes) qui date maintenant de 2012.

Elle raconte la vie d’une poignée de vingtenaires-trentenaires qui s’aiment, ne s’aiment plus, se re-aiment, se trahissent. C’est un mélange de Girls et de Queer as folk avec sa propre âme et des personnages on ne peut plus attachants.

adam-goldman-headshot-940x417

Mitchell (Adam Goldman, le créateur de la série, aka le Lena Dunham avec un chromosome Y)…

Hunter-Canning

…aime Jack (Hunter Cannings). Mais Jack a la vilaine habitude de « fuck things up » (tout foutre en l’air)

giphy (1)

C’est pourquoi, après un drama des familles impliquant la meilleure amie de Mitchell, Oona (Sasha Winters)

giphy (6)

[Elle]

Et son copain, le très très très TRÈS TRÈS !!!! (Sean Patrick McGowan)

the-outs-screenshot

tumblr_mlipamNwmq1qzrj2lo1_1280

Le couple originel se sépare et Jack rencontre Paul (Tommy Heleringer) et espère pouvoir enfin mettre un peu d’ordre dans son bordel existentiel.

giphy

giphy (2)

giphy (5)

Paul « Scruffy » est mon nouveau héros, notamment à cause de ça :

giphy (3)giphy (10)giphy (9)giphy (4)giphy (7)giphy (8)

« I want you to look the next stranger who calls you a faggot, in the eye, and tell him that he’s a bottom feeding piece of shit. And that, as a faggot, you know how to do a lot of things to a man’s ass, one of which is kicking. And that he should sleep with his third eye open because you’re comin’ for him in his worst nightmare. And if he has a problem with any of that, then he can drop and give you 20 blow jobs. On the spot. In Whole Foods. »

Je ne vous en dis pas plus. Sachez que tout est dispo gratuitement en ligne ici : http://theouts.squarespace.com/watch/
12_Adam_Goldman_0

Et que le sieur Goldman a refauté en commettant Whatever this is une autre websérie avec un meilleur budget et les mêmes acteurs géniaux.

Allez-y, c’est complètement free.


Homecoming

Hello les hormones boys & girls ! Je sais que vous n’attendiez que moi, et que mon retour va redéfinir la base de notre calendrier, mais je tenais à quand même remercier publiquement Vikler pour le travail de badass qu’elle a abattu pendant ma longue absence !

Alors New York. Et bah les seuls beaux mecs là bas étaient – sans surprise, mannequins ou européens ou les deux. Résultat, pas beaucoup de photos volées dans les rues, mais plutôt un guide d’où trouver de quoi se remplir les mirettes si vous faites une virée à Manhattan dans un avenir proche !

Tout d’abord, le point shopping : la valeur sûre, Abercrombie&Fitch et ses vendeurs tout nu vous combleront dans les nombreuses enseignes du nom, petit bonus : la filiale californienne Hollister est souvent à côté et, pour les nostalgiques d’Alerte à Malibu, les vendeurs y sont en tenue de plage. Toute l’année.

[Sur la 5th avenue, of course]

Ensuite, la détente : posez vous sur une des nombreuses pelouses entourant le lac de Central Park (un jour de beau temps) et vous risquez fort de croiser ça :

[A multiplier par 10 un peu partout sur le lac immense]

Intéressant non ?

Pour vous rincer l’œil, Times Square est sympa également, les publicités géantes vous entoureront de sexytude quasi assurément (pour avoir sa dose quand la pêche a été mauvaise).

[Selon les goûts]

Pour la culture : Ne prenez pas d’audioguide, mais un guide en chair et en os, et si vous passez à l’ONU, dites bonjour au petit Italien de ma part !

[La photo la moins râtée]

Pour la frime : n’hésitez pas à croiser, comme moi, au détour d’une rue, le charming Président Obama en vadrouille. Ca ne mange pas de pain, et, au retour, vous pourrez dire « savez pas qui j’ai vu ? » sans que personne ne vous réponde « ah ? connais pas. »

[reconstitution sans la voiture autour]

Pour l’entertainment :

Les comédies musicales ! Un classique. Broadway. Ses théâtres. Ses affiches. Ses vendeurs de saucisse. ET ses acteurs. De bien belles bêtes (fort souvent gay, mais on est ici pour admirer), voici les spécimens que j’ai pu, personnellement, approcher de près :

[Hugh Panaro, le Phantom du Phantom of the opera]

[Kyle Barisich, le Raoul du Phantom of the opera]

[Darren Bluestone* qui marionnette magnifiquement Rod et surtout Princeton dans Avenue Q]

Pour le sport : Le yankee stadium a un écran super grand qui permet – pendant les millions de temps mort – de mater allégrement.

[Lui, par exemple]

Pour la drague, pas de secret : achetez un chien. Ils en sont fous, et c’est le moyen le plus simple de sociabiliser. Ou parlez français, mais attention, vous avez 80% de chance de tomber sur un compatriote (surtout si vous trainez sur les rooftops en soirée).

Dernier conseil pour la route, si vous aimez les mecs stylés, aux bons goûts musicaux, mais pas les endroits huppés : trainez dans le lower east right, rue Clinton/Rivington (métro Essex & Delancey). Vous y croiserez des hipsters décomplexés, des babas branchés, des étudiants à la conversation haut de gamme (souvent des gens de Brooklyn, d’ailleurs) et des serveurs assez fascinants.

[Enfin, bon, des hipsters quoi…]

Je dois vous avouer que je n’étais pas dans les meilleures circonstances pour m’ouvrir à l’inconnu et que le seul garçon pour qui j’ai réellement flashé esthétiquement parlant était un jeune homme à la rue, avec sa maison sur son dos, sorte de Michael Pitt aux traits plus fins, que je n’ai, bien évidemment, pas pris en photo. L’hormone est partout.

[Michael Pitt, célui]

Oh, et ci-dessous, tout de suite, une tentative de drague totalement éhontée.

*Darren, just in case you google yourself (everybody does that) and you don’t speak french as admirably as you sing, don’t freak out : this is just an article listing talented & handsome young men in NYC. It’s free advertising and you’ll sure gain a french fandom pretty soon. Don’t thank me, just keep being awesome.


Don’t Stop Believing

Ah oui, ça c’est du titre de compet ! Mais c’est aussi la chanson phare de Glee, celle que tu entends à chaque coupure pub sur W9.

Parce que oui, on va causer Glee ! C’est peut être plein de bons sentiments, de mièvreries et de reprises musicales, à outrance même parfois, mais y a du potentiel hormonal dans cette série, faut pas croire.

C’est partie pour une revue en bonne et due forme de tous les beaux mâles de la série ! (Oui, les moches, je les ai éliminés d’office, faut pas déconner)

Matthew Morrison (Will Shuester) (@Matt_Morrison)

(http://www.matthewmorrison.net/)

Acteur et chanteur (il vaut mieux pour cette série tu m’diras) il n’a fait principalement que des apparitions avant d’avoir un vrai rôle principal dans Glee.

Et c’est à se demander pourquoi on lui a pas attribué de rôle avant. Franchement ?

Alors bon, c’est le prof d’espagnol et de chant des élèves, le plus vieux de tout le casting (hormonalement intéressant), et en plus il est célibataire depuis 2007 !! Que demander de plus ?

Kevin McHale (Artie Abrams) (@druidDUDE)

Bon, je dois admettre que dans la série, le potentiel hormonal de Kevin est pas flagrant flagrant.

Faut dire qu’il y met pas du sien avec ses lunettes et son fauteuil roulant ! (Oui les personnes à mobilité réduite et/ou déficientes sont assez bien représentées dans cette série).

Mais dans son cas, on a affaire à un bon gros fake, vu que Kevin est tout à fait valide !

Mais j’avoue qu’il faut bien choisir sa période parce qu’il a quand même testé des looks tout à fait douteux


Avouez que ça donne moyen envie.

Mais il a quand même fait, avec son groupe Not Like Them, la première partie des Pussycat Dolls, et ça, c’est pas rien pour du potentiel hormonal.

Chord Overstreet (Sam Evans) (@chordoverstreet)

 Le Blond de la série. Ok, avec une bouche démesurée.

Soit, il est un peu jeune (1989). Soit, avec sa mèche il a un faux air de Bieber. Mais il est célibataire depuis peu, c’est un brave garçon !

Et puis s’il se déshabille un petit peu, il augmente son potentiel hormonal indéniablement :

Et comme il joue de pas mal d’instruments (piano, guitare, mandoline, entre autre), on doit pouvoir faire quelque chose de son habileté.

Jonathan Groff (Jesse St James) (@MrJonGroff)

 Même si c’est pas du tout ma came, aussi bien physiquement que humainement (pour le rôle qu’il interprète hein, je suis pas intime avec lui), il peut plaire à certaines (ou certains), avec son look bien propre sur lui.

(Mais bon, ya certaines photos qui ne devraient pas trainer sur le net, c’est pas à son honneur. J’ai eu envie de le baffer en faisant les recherches de cet article! Je vous épargne ça)

Je vais juste être obligée de vous décevoir : il est gay ! Et serait en couple avec Zachary Quinto (Sylar de Heroes).

Mais il joue très bien les mecs blasés sur un canapé devant la télé. Ca rattrape tout.

Chris Colfer (Kurt Hummel) (@chriscolfer)

 Le plus jeune de nos acteurs. Mais pas que !

Il est aussi scénariste, producteur, écrivain et chanteur. A même pas 22 ans. Ça fout un coup. Bon, il est aussi gay. IRL et dans Glee. Oui, parce que cette série est très très gay friendly, faut dire.

Bon par contre il est tout bonnement impossible de trouver des photos de lui un peu déshabillé. Ca fait chuter son taux d’hormone direct au petit !

C’est dommage, il a une bonne bouille.

Darren Criss (Blaine Anderson) (@darrencriss)

Encore un qui a une multitude de rôles différents : chanteur, acteur, musicien, auteur-compositeur et fervent acteur dans la lutte contre les discriminations faites aux homosexuels.

Mais l’histoire Wikipedia ne dit pas s’il est homo lui-même.

Un latino-irlandais, à fort potentiel hormonal, qui ne se fait pas prier pour se mettre torse nu, et ça on aime.

On regrette simplement son petit excès capillaire qui ne le met pas toujours à son avantage.

Harry Shum Jr (Mike Chang) (@iharryshum)

 Dans Glee, il en faut pour tout le monde. Du brun, du blond, du gay et de l’asiat. En la présence d’Harry donc. Un des plus vieux du casting « élève » (29 ans). En plus de jouer dans Glee, il a joué aussi dans Sexy Dance 2 et dans le 3D aussi. Avoue que ça impressionne hein ? Non ? Tu n’as pas vu ces films de légende ?

(Au moins il ne se fait pas prier pour se déshabiller)

Avec l’engouement des jeunes pour la K-pop et toute cette culture asiatique (si si j’insiste sur le terme de culture)(demande aux jeunes de licence jap dans n’importe quelle fac tu verras), Harry est LA touche indispensable du casting.

Et il est pas désagréable à regarder, il faut l’avouer.

(Et il sait même se la jouer bad boy en plus)

Mark Salling (Noah Puckermann) (@marksalling)


Au bord de la piscine, en mâchouillant du chewing-gum gum ou torse nu dans un jardin, il a la classe.

Le beau gosse indéniable du casting. Celui qui se tape toutes les nanas de la promo (ou pas loin). Celui à qui on pardonnerait tout.

Il fête ses trente ans cette année, et moi, sans souci, je veux bien aller faire la fête avec lui.

Cory Monteith (Finn Hudson) (@corymonteith)

 Lui aussi fête ses trente ans cette année. Mais là, même en cherchant bien, on dirait pas.

Malgré sa gueule d’ange, il est loin d’être le gendre idéal. Il a enchainé les petits boulots avant de commander Glee, parce que Monsieur a arrêté l’école en 3ème. Ça craint !

Bon il a quand même une filmo longue comme le bras (même si ce ne sont que des petits rôles) et puis, ouais avec sa gueule de petit jeune, moi je lui pardonne tout !

Dans Glee, yen a vraiment pour tous les goûts ! Il faudrait être vraiment difficile pour ne pas trouver chaussure à son pied !