Archives de Tag: Swann Arlaud

J’porte plainte pour coups et blessures

A part si vous êtes aveugle, et dans ce cas je serais curieuse de savoir comment vous arrivez à lire ces lignes, vous n’avez pas pu passer à côté de la campagne de pub de Canal + pour la 4ème saison d’Engrenages qui a débuté lundi dernier.

Créé en 2005, cette série française (cocorico) nous entraine dans les arcanes de la justice en suivant 4 personnages principaux : une capitaine de police, un juge d’instruction, une avocate et un procureur. Toujours à la pointe de la nouveauté et de la hype, j’ai commencé la première saison fin août.

Et bien figurez-vous que j’ai grave adhéré dès le premier épisode. 5 heures plus tard il était 3h du mat’ et je commençais à fatiguer mais j’étais devenue accro.

Alors vous vous en doutez, il y a du joli garçon dans le casting, sinon je me serais contentée d’en parler sur Sens Critique.

A commencer par Monsieur le procureur Pierre Clément, joué par Grégory Fitoussi, aka Benjamin de Sous le soleil.
Mais si tu sais, le mec qui était barman au bar de la plage, il avait un petit diams à l’oreille et il était maqué avec Laure avec qui il avait adopté une petite fille nommée Clara et après il avait eu un garçon, Gabriel. Moi c’était un peu mon préféré, après Louis et Samuel quand même, mais c’était les saisons d’avant donc ça compte pas.
Tiens d’ailleurs, tu es au courant que TMC a commandé de nouveaux épisodes de la série ? Le tournage commence en octobre, ça nous promet de grands moments.

Fini le diams, bonjour la robe de procureur, le regard sérieux et le pento dans les cheveux, mais toujours ce sourire d’une gentillesse à fondre.

Son meilleur pote, Benoit Faye, joué par Guillaume Cramoisan, n’est pas dégueu non plus.

Les fans de PJ (si tant est que ça existe) devrait le reconnaitre car il y a apparemment tenu un rôle récurent.

Dans la saison 2, gros arrivage, avec Swann Arlaud et Reda Kateb, dont je ne vais pas vous rebattre les oreilles une fois de plus, mais quand même, Reda, il a beau jouer le pire batard possible, il a une voix, une énergie animale et un sourire auquel il doit être impossible de résister.

Le chef des caïds est interprété par Mehdi Nebbou.

J’irais pas jusqu’à dire que t’as envie de te faire séquestrer mais…

© Mikael Mirande

Ma grosse découverte c’est Samir Boitard. Je n’ai pas trouvé de photos qui rendent assez grâce à ses yeux, mais dios mio ! Qué calor.

D’autres promesses sans doute dans la saison 3 que je n’ai pas fini et la saison 4 qui est donc diffusée actuellement.

Au-delà de critères physiques, impossible de ne pas citer la performance impeccable de Philippe Duclos qui incarne le juge Roban, le personnage que j’aime le plus dans la série grâce, notamment, à des répliques drôles/cinglantes/cyniques/pleines de bons sens.

Et celle de Caroline Proust/Laure Bertaud, capitaine de police à fleur de peau, border line, humaine en somme.

Bref je vous recommande Engrenages, une série haletante, réaliste, addictive, et assez trash finalement.

Bonus track : la flamboyante Audrey Fleurot, éternelle Dame du lac.

Publicités

Enfant de la patrie

14 juillet oblige, fête nationale, la main sur cœur toussa toussa, l’article d’aujourd’hui est consacré à un frenchie qui monte qui monte qui monte.

Après avoir débuté à la télé dans les Monos (ne faites pas les fiers, vous regardiez, je le sais), Swann Arlaud (oui ok, ça fait pas très terroir comme prénom) n’a pas forcément souhaité continuer dans la voie de l’actorat.

Enfant de la balle biberonné au ciné, il a préféré tester ses capacités artistiques aux Arts Déco, dont il est diplômé. Il se la tente en tant que réal avec un court métrage. Et puis, bon, de contact en contact, le garçon est plutôt sympa, il rend deux trois services à des connaissances, et cède finalement aux sirènes du « Actioooon ! » « Coupez ! ».

Vous l’avez peut-être vu dans Le temps des portes plumes de Daniel Duval, aperçu dans Belle Epine de Rebecca Zlotowski (qui avait décidément réuni toute la fine fleur de l’hormone) et plus récemment dans Les émotifs anonymes de Jean-Pierre Améris.
Vous l’avez peut-être remarqué dans Engrenages ou les Bleus à la télé.
Vous l’avez peut-être croisé aux Théâtre du Rond-Point aux côté d’Isabelle Carré dans Une femme à Berlin.

Mais là où Swann Arlaud m’a réellement tapé dans l’œil, c’est dans Xanadu, la série française sur l’empire du porno, diffusée au printemps sur Arte.

Il faut bien le dire, Swann n’a pas le physique de son prénom (en même temps, avoir le physique d’un cygne…), et j’ai bien conscience de vous présenter ici de l’hormone atypique. Mais en même temps, j’aime à croire que ce blog est un défricheur qui lutte contre les canons de la beauté qu’on cherche à nous faire assimiler à longueur de journée/télé/publicité.

Je reviens sur Xanadu, Swann Arlaud y joue Lapo, un trentenaire paumé, déphasé, asocial qui ne quitte jamais ses lunettes de soleil et prononce le moins de mots possibles. Lapo est d’une lenteur hallucinante. Mais c’est LE personnage qui m’a convaincu de poursuivre Xanadu après 2 épisodes (et je n’ai pas regretté mais là n’est pas la question).

Il a une gueule cadavérique, on l’imagine junkie, séropo, pervers, et malgré tout, CALIN !

J’ai vraiment hâte de voir la suite de la carrière de Swann Arlaud, que j’imagine assez surprenante et prometteuse.